°°°
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 For ever and ever...Amen [For my lover and I]

Aller en bas 
AuteurMessage
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeJeu 9 Avr - 1:18

    Ce mois d’août devenait insupportable. La chaleur était constamment présente, rendant l’air étouffant, irrespirable, et cela sans l’ombre même d’un rayon de soleil. Ce n’était pas pour déplaire à Carmen ; la jeune femme était loin d’être l’une de ses galantes un peu trop coquette qui faisait attention aux moindres détails de leurs toilettes, de leurs bijoux et tout ce qui faisait d’elles des être superficielles, mais le soleil ne lui avait jamais donné bonne mine. Son teint pâle qui prenait une nuance perlée l’hiver était pour elle signe de bonne santé et lui seyait beaucoup mieux que les couleurs dorées de l’astre solaire.

    Mais à la sortie du spectacle auquel elle venait d’assister, la chaleur demeurait le seul véritable problème. La nuit tombée, elle quittait le hall du théâtre, un éventail dans la main gauche, le bras droit accroché à celui d’Eleazar Denali. Habituée à présent à la fraîcheur glaciale qui émanait de son corps, la londonienne appréciait pleinement cet attrait de son nouveau compagnon. En ces temps de canicule, être accrochée au bras de l’espagnol était une chance extrême.
    Terminé le choc du premier contact avec cette matière froide comme le marbre, Carmen n’avait jamais posé la moindre question sur cet aspect de l’être qu’elle accompagnait partout depuis deux mois. Eleazar lui avait promis qu’un jour il répondrait à ses questions, ce jour-là, elle lui avait fait confiance sans la moindre hésitation et avait décidé d’être patiente. Deux mois plus tard, la raison importait peu. Il ne s’était pas passé un jour sans qu’ils ne se voient, même si ce n’était que l’espace de cinq minutes, et Carmen était chaque jour un peu plus attachée à lui. Et plus il en allait ainsi, moins elle voulait le brusquer.

    Ce soir-là, ils avaient eu la chance de pouvoir assister une fois de plus à une pièce de Shakespeare. Décidément, Londres ne pouvait se défaire de son dramaturge préféré, pourtant, elle avait vu naître Eliza Haywood et Elizabeth Inchbald lors du siècle précédent. Allez comprendre. Quoiqu’il en soit, La représentation de "La Mégère apprivoisée" changeait quelque peu des tragédies shakespeariennes et cela avait ravi Carmen. Le spectacle avait été de bonne qualité et elle avait bien ri devant le caractère épouvantable de Catharina.

    Ce spectacle avait été l’idée d’Eleazar et malheureusement, la jeune femme savait pertinemment pourquoi il avait tenu à l’emmener voir une comédie : voilà deux mois que l’espagnol était à Londres et c’était exactement le temps qu’il devait rester dans cette ville. Ce soir, il allait certainement lui annoncer qu’il quittait enfin le pays, qu’il la quittait elle, qu’il allait délaisser leur cadre idyllique et la complicité qui s’était installée entre eux.
    Jamais Carmen ne s’était sentie aussi proche de quelqu’un, et cette relation allait bientôt prendre fin.

    Le nuage d’hilarité sur lequel elle avait passé la soirée s’évanouit dès lors que cette conclusion lui revint à l’esprit. Elle leva les yeux vers Eleazar. Cette idée n’avait pas encore eu raison de ses larmes, mais il était certain que si ce compagnon lui annonçait son départ pour l’Espagne, l’Italie ou quelque autre pays que ce soit, Carmen ne pourrait plus les retenir bien longtemps… En attendant, elle ferait bonne figure, comme toujours. Elle sourit alors à son compagnon, alors que tous deux quittaient le théâtre et s’engageaient dans les rues sombres de Londres.

    Malgré la présence glaciale d’Eleazar, Carmen sentit quelques gouttes de sueur se former dans le creux de son cou. Bientôt, elles couleront le long de ses omoplates pour mourir dans la dentelle de sa robe rouge. Quelle idée de faire porter de pareilles tenues aux femmes… Déjà encombrantes, elles étaient tellement épaisses malgré le tissu léger qu’on avait l’impression d’être enfermée dans une camisole en cuir… Carmen ne tarderait pas à ressembler à un poisson hors de l’eau alors qu’Eleazar aurait toujours l’air de ne pas souffrir de la chaleur… Quelle énigme incroyable tout de même. Cette réflexion la faisant sourire, Carmen regarda à nouveau son compagnon avec un regard appuyé.


    - Alors… Qu’avez-vous pensé de Baptista ?

    Elle savait que quoiqu’il ait pensé de la pièce, il ne mâcherait pas ses mots. S’il avait détesté, il ne se priverait pas de le crier s’il le fallait. S’il l’avait apprécié au contraire, il en rirait de bon cœur. Maintenant qu’il n’y avait plus de retenue entre eux, Carmen attendait toujours ses impressions avec impatience.

    Puis cela détournerait peut être le sujet fatal…

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeVen 10 Avr - 17:24

    Les deux mois qui s’étaient écoulés à Londres avaient filé à toute vitesse. Il ne s’était pas passé un jour sans que le vampire espagnol ne voie la fille du colonel, et de plus en plus, la présence de cette jeune humaine lui avait semblé salutaire, nécessaire, indispensable même, bouffée d’oxygène dans un magma enfumé, perle d’eau dans un désert de la soif… Il fallait bien dire ce qui était, Eleazar s’était attaché à Carmen… et pas qu’un peu, si vous voulez tout savoir. D’abord, ça avait été l’envie de la revoir, encore et encore, l’espoir qu’elle n’ait jamais d’empêchement pour le rejoindre, l’impatience grandissante avant de la retrouver… Puis tout cela s’était fait sentir de plus en plus fortement. Et à présent que son voyage en Grande-Bretagne touchait à sa fin, Denali passait beaucoup de temps à s’interroger sur la nature de ce besoin de la revoir, toujours, et sur la signification de tout cela.

    Longtemps auparavant, l’idée de s’éprendre d’une humaine qui aurait pu, qui aurait dû peut-être, devenir sa proie l’avait quitté. Jamais il n’avait envisagé qu’il fût possible de ressentir un attachement tel pour un plat de résistance. Eleazar avait écrit deux lettres à Carlisle durant son séjour londonien et, en y songeant à présent, son ami avait dû penser qu’une femme l’avait complètement bouleversé… et s’il avait effectivement pensé cela, Cullen n’aurait certainement pas eu tort. De fait, le garde des Volturi avait gardé en mémoire chacun de ses mots et il apparaissait comme évident que, même en parlant au vampire blond de ce qu’il avait vu, entendu, visité et découvert, tout était toujours lié à miss Hamilton, d’une façon ou d’une autre.

    Tout bien réfléchi, c’était plus qu’une complicité qui s’était installée entre elle et lui. Denali en avait pleinement conscience, après tout le temps passé à s’interroger sur la question. C’était plutôt de l’ordre de l’osmose intellectuelle. Et, il ne fallait pas se mentir, chaque fois qu’il voyait Carmen rougir, chaque fois qu’il sentait son enivrant parfum, chaque fois qu’il percevait le son des battements de son cœur ou que sa délicate chaleur entrait en contact avec sa peau à lui, le vampire ressentait une irrépressible envie que cela continue et ne cesse jamais. Et si l’osmose intellectuelle pouvait s’associer à une alchimie physique ? Non. Eleazar ne tenait pas à avoir de telles pensées. Si miss Hamilton savait à quel point elle avait occupé ses nuits, elle l’aurait pris pour un fou. Et ça, c’était bien une image de lui qu’il aurait détesté qu’elle ait.

    Le mois d’août était bien entamé. Cela faisait déjà deux mois que l’Espagnol était à Londres et son voyage devait bientôt se terminer. Toutes les bonnes choses ont une fin, dit-on. Et lorsque cette fin s’approche, on fait tout pour en retarder l’échéance… mais Eleazar était tributaire de son engagement auprès du triumvirat Volturi. Jusqu’ici, cela ne lui avait jamais posé de problème, mais désormais, il avait envie de retarder son départ pour l’Italie, ne voulait rien d’autre que rester auprès de Carmen Hamilton… La pièce qu’ils venaient d’aller voir était une comédie de Shakespeare. Denali préférait de loin les tragédies, mais il n’avait pas le cœur à emmener la belle humaine voir quelque chose de triste.
    Et comme il marchait avec elle, cette douce demoiselle accrochée à son bras de pierre, voilà que la fille du colonel lui demanda ce qu’il avait pensé du personnage de Baptista. Après un petit sourire en coin, le vampire répondit en la regardant :


    "Désireux de marier ses deux filles, en se débarrassant de la plus encombrante le plus rapidement possible… Malheureusement, Catharina est plutôt mal tombée vu le peu de liberté que cette union lui laisse. Voilà ce que c’est que de devoir obéir à une hiérarchie sans fondement autre que l’ascendance. Je trouve cela déplacé, vous savez que je suis un fervent partisan du libre arbitre et d’une égalité qui n’existe pas dans ce monde. Baptista n’est qu’un imbécile arriviste, hypocrite et avare. Au moins quatre défauts qui me le font abhorrer. Cela dit, dans un certain sens, il m’a un peu fait penser à votre père, sans vouloir offenser son image de marque, bien sûr, mais chaque fois que je l’ai rencontré, il paraissait ravi que je vienne vous enlever à son devoir de chaperon. Cela dit, ce n’est pas moi qui m’en plaindrai."

    Après ces quelques mots, Eleazar sourit à nouveau. Si le père de Carmen avait été doté d’une autre personnalité, il aurait certainement posé un tas de questions et de problèmes à l’Espagnol. Mais les hommes pressés ne perdent pas de temps à discuter trop lorsqu’ils ont l’occasion d’être tranquilles. Tant mieux, d’un côté.

    Mais le moment était venu de ne plus traîner et de dire ce qu’il y avait à dire. Denali emmena miss Hamilton au bord de la Tamise, là où ils s’étaient rencontrés le premier soir, ce soir qui avait tout chamboulé.


    "Carmen, il faut que je vous parle. Je vous ai promis des réponses et vous avez accepté de patienter jusqu’à aujourd’hui. Il y a des choses que je ne peux vous révéler, pour votre propre sécurité, mais il y en a d’autres que vous êtes en droit de connaître…"

    Il avait guidé la jeune femme jusqu’au banc qui était là pour ceux qui désiraient regarder l’eau et s’était assis pour permettre à la demoiselle de se sentir plus à l’aise que debout.

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeSam 11 Avr - 21:57

    Jamais Carmen n'avait autant apprécié l'un de ses voyages. Les deux mois qui venaient de s'écouler étaient pour elle plus précieux que les longues heures d'attente à bord des bateaux ou les jours entiers passés à être assise dans les voitures qui l'emmenaient vers les lieux les plus magiques qui soient. Non, jamais la londonienne n'avait pris autant de plaisir à aller voir une exposition, ni autant pleuré lors de la représentation d'une tragédie. Ces deux mois avaient été parmi les plus intenses de sa vie, un véritable concentré d'émotions en tout genre, tout en restant perchée sur un nuage léger qui ne voulait pas descendre vers la réalité de la vie.

    Carmen avait pu découvrir un homme hors du commun: Eleazar Denali était en effet quelqu'un d'exceptionnel, elle n'en avait jamais rencontré de pareil. Jamais elle ne s'était imaginée éprise d'un homme, mais l'espagnol était plus que cela: son élégance reflétait exactement l'image qu'elle se faisait d'un être humain digne de ce nom. Sa noblesse intérieure n'avait aucune égale, il était charmant, courtois, cultivé, intelligent. Eleazar savait manier les mots, en faire ses armes propres, les comprendre, les apprécier. Il aimait ce que la vie lui apporter et savait profiter pleinement des bonnes choses. Jamais il ne se cachait, jamais il ne reniait ce qu'il était. C'était un homme à l'écoute des autres, du moins, ceux qu'il appréciait car il était quelque peu introverti, n'aimant pas se mêler aux autres de façon ostentatoire.

    Depuis qu'elle avait commencé ses voyages, Carmen s'était promis de vivre ses désirs comme elle les entendait sans qu'aucune contrainte familiale ne vienne l'empêcher de réaliser ses rêves. Par contrainte familiale, elle entendait celle qui voulait qu'une jeune fille épouse l'homme choisi par son père, et partant de là, tout sentiment qui ressemblait à de l'amour devenait pour elle source d'un ennui insurmontable. Mais voilà que depuis deux mois, le piège l'avait attrapé et s'était refermé sur elle. Voilà que depuis deux mois, Carmen Hamilton n'avait d'yeux que pour Eleazar... Voilà que sa crainte de l'attachement se réalisait malgré elle, comme elle l'avait prévu...

    Bien sûr, Carmen comptait profiter autant que faire se peut des instants passés en la compagnie d'Eleazar Denali. Mais elle savait pertinemment que cette soirée était la dernière qu'elle passerait avec lui. Voilà pourquoi elle aurait préféré qu'il continue à parler de Baptista. Comme elle aurait dû s'en douter, l'espagnol avait fait le rapprochement avec le colonel: deux hommes dévoués à leurs causes (bien que l'un et l'autre eut des objectifs totalement différents) qui avaient de sérieux problèmes relationnels avec leur progéniture.
    Cette réflexion fit d'ailleurs sourire Carmen, car si Eleazar ne se plaignait pas du manque d'intérêt total du colonel Hamilton pour sa fille, elle en était ravie. Qui aurait cru qu'un père laisse à sa fille la liberté de fréquenter un étranger ouvertement?

    Son regard sur la pièce n'était pas étonnant, aussi, Carmen se contenta de lui lancer un regard faussement outré quant à sa réflexion sur son père. Il ne prendrait sûrement pas ce regard au sérieux. Plus d'une fois, elle lui avait raconté que Georges Hamilton ne rentrait pas dans la catégorie des hommes qu'elle respectait vraiment... Et ce malgré son statut de père.

    Eleazar et Carmen marchait le long des quais, sans rien dire. La jeune femme reconnaissait cette route; c'était celle-là même qu'elle avait emprunté deux mois plus tôt. Et c'était là-bas, près de ce banc qu'Eleazar l'avait confondu avec une autre.

    Voilà l'endroit où il allait lui annoncer son départ.

    Dans sa poitrine, le cœur de Carmen bondit. Le moment était arrivé. Eleazar conduit la jeune femme jusqu'au banc et la fit s'assoir. Le regard de la jeune femme se perdit dans l'eau de la Tamise. Dans quelques instants, il y aurait les tremblements, les frissons, le vide... Peut-être les larmes...

    Les trois premiers étaient déjà là.
    Il devait lui parler... Respecter sa promesse... Il voulait qu'elle sache...

    Ces mots, Carmen les comprit, mais n'en entendit que la moitié. Elle baissa un instant ses yeux sur ses genoux et tenta, tant bien que mal, de se contenir. Elle ne devait pas lui montrer à quel point elle était attachée à lui... Il en savait suffisamment. Alors elle leva son visage vers celui de son compagnon, voulut murmurer un vague "Je vous écoute", mais il se perdit dans sa gorge tant elle sentait ce qu'il allait finir par lui annoncer...



_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeDim 12 Avr - 10:57

    Une fois tous deux arrivés sur les quais, Eleazar avait réfléchi à la meilleure manière d’amener le sujet de conversation ou plutôt les deux sujets essentiels qui l’intéressaient, et peut-être aurait-il pu mieux s’y prendre. Revenir ici, était-ce seulement une bonne idée ? Denali pensait que oui, effectivement, puisque c’était là que tout avait commencé, c’était là qu’il fallait que se décide l’avenir.
    Ainsi, assis à côté de miss Hamilton, qui le regardait d’un air étrange, comme s’il allait lui asséner un coup fatal, et qui eut une sorte de gargouillement dans la gorge, le vampire lui sourit et lui prit la main.


    "Carmen… il faut que je vous dise… vous comptez beaucoup pour moi, peut-être plus que tout au monde… "

    Argh ! c’était mal parti. Ou du moins, ce n’était pas un excellent départ comme tous ceux qu’il avait imaginés lorsqu’il avait mis au point ce qu’il voulait dire à cette jeune femme et comment il allait le lui dire.
    Le garde des Volturi devait le reconnaître, parler d’art est plus simple que parler d’amour. Il est tellement plus facile de cacher ses sentiments et de vivre comme si l’on n’en avait pas, comme si rien ne nous atteignait… Et maintenant qu’il avait commencé à dire ce qu’il avait de plus important à dire ce soir à la fille du colonel, Eleazar s’emmêlait un peu dans ses différents discours, dans tout ce qu’il avait pourtant activement préparé pour éviter ce qui se passait maintenant.


    "… sans doute plus que tout au monde, d’ailleurs…"

    Il n’avait même pas recours à des métaphores ou à quoi que ce soit qui aurait pu embellir un peu son message. Réfléchissant le plus vite possible, il essayait de trouver des mots, des belles tournures, des phrases qui plairaient à une amatrice des arts et des lettres… et il ne parvenait pas à se décider. Lâchant la main de Carmen, Denali se leva, fit quelques pas, regarda la jeune femme, regarda la Tamise, regarda à nouveau la jeune femme, prit une inspiration dont il n’avait besoin que pour parler, hésita, relâcha l’air qu’il venait d’inspirer, fit à nouveau quelques pas, nerveux, revint devant Carmen, se planta là en la regardant… Un petit manège qui dura au moins deux minutes complètes avant qu’il ne lâche de la même voix que pourrait utiliser quelqu’un pris en flagrant délit :

    "Oui, je t’aime, et alors ?"

    Le ton ferme employé était légèrement peu idoine à ce genre de paroles, tout comme la phrase en elle-même était aussi peu subtile que possible… Quelques mots lancés sur le ton de la défense, avec la menace sous-jacente et l’air en colère. Eleazar soupira, vint se rasseoir et murmura, un peu déçu de lui-même :

    "Quand je pense que j’ai réfléchi pendant des heures pour trouver les mots et que je sors ça comme ça, comme une menace, une attaque ou je ne sais quoi…"

    Où étaient parties les paroles douces et tendres, les phrases magnifiques, les rimes, les assonances et allitérations ? Tout avait été balayé par une pression qu’il s’était mise lui-même. C’était tellement plus simple de ne pas s’investir dans les relations ! D’ailleurs, c’était bien pour s’éviter le genre de situation de ce soir que Denali se montrait souvent acariâtre et désagréable. Paraître infréquentable était une excellente façon de se protéger des sentiments. Mais bon, il fallait croire que chaque règle a toujours ses exceptions. Ainsi, Carlisle Cullen était devenu un très bon ami alors que le garde des Volturi lui avait d’abord parlé comme à un chien, et Carmen… il n’avait jamais réussi à être désagréable avec elle. Un peu bourru, peut-être, mais le côté désagréable n’était jamais ressorti pour elle. Certes, elle avait eu l’occasion de le voir plus d’une fois de mauvais poil, répliquant de manière sèche et sans appel à qui s’approchait un peu trop de lui, mais jamais ces mots-là n’avaient été destinés à la fille du colonel…

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeDim 12 Avr - 14:44

    Ce moment, Carmen l'avait redouté plus que tout. Elle avait, depuis quelques semaines déjà, commencé à s'interroger sur "l'après Denali", sur le comment se déroulerait sa vie une fois qu'il serait parti. Eleazar avait réussi à donner un sens à tout ce qu'elle entreprenait: il ne la jugeait pas, mais au contraire, il la poussait à donner le meilleur d'elle-même, il la conseillait... L'espagnol avait pris dans la vie de Carmen une place qu'elle n'était pas prête à oublier. Elle voulait qu'il reste là, à ses côtés, que les deux mois qui venaient de s'écouler durent éternellement...

    Voilà pourquoi aucun son ne pouvait sortir de ses lèvres: elle savait que c'en était terminé de ses douces illusions. Plus d'une fois, elle avait souhaité aborder le sujet et le supplier de rester à ses côtés, mais jamais elle n'avait fait ce pas. Pourquoi? Parce que la londonienne estimait qu'Eleazar était un homme libre, libre dans le sens où il avait besoin de son espace à lui pour vivre (et c'était d'ailleurs ce qu'elle appréciait le plus chez lui) et qu'il était cruel de le priver d'une telle vie. Mais aussi parce qu'il était évident pour elle que leurs sentiments n'étaient pas les mêmes: Carmen savait qu'Eleazar l'appréciait, mais de là à éprouver le même élan d'amour qu'elle avait pour lui depuis le début, c'était croire aux douces illusions...

    Alors, elle s'était préparée à attendre ces mots, ceux qui lui annonceraient son départ, qu'il avait énormément apprécié les moments en sa compagnie, que si l'occasion se présentait, il se ferait une joie de la revoir, mais que pour le moment, l'heure était aux adieux...
    Carmen le regardait droit dans les yeux, elle ignorait quelle expression elle pouvait bien avoir, mais Eleazar lui sourit, puis il lui prit la main. Le cœur battant, ému par la froideur de sa main et par la situation désespérée dans laquelle elle se trouvait, Carmen attendait le couperet.

    Pourtant, la jeune femme n'eut pas droit à la phrase à laquelle elle s'attendait. Eleazar lui avoua que, au contraire, elle comptait beaucoup pour lui. Il ne la quitta pas des yeux et réitéra son aveu. Dans l'esprit de Carmen, ce fut un tourbillon d'incompréhension: elle n'était pas en train de vivre la situation à laquelle elle s'était mentalement préparé, mais celle dont elle avait espéré l'existence. Comment cela avait-il pu arriver? Pourquoi était-il en train de se couper les ailes alors qu'il devait rentrer? Carmen le regarda avec incompréhension, le cœur battant un peu plus fort que quelques instants plus tôt, sa respiration s'accélérant à la limite de l'essoufflement...

    C'était la première fois que Carmen voyait son compagnon aussi hésitant, aussi peu sûr de lui, comme gêné par ce qu'il avait à dire. Lui qui ne mâchait habituellement pas ses mots, voilà qu'il semblait perdre ses moyens. Eleazar lâcha alors la main de Carmen en se levant, fit quelques pas, et porta son regard tantôt sur la jeune femme, tantôt sur le fleuve. Pendant un long moment, il tourna et détourna les yeux, se dressant devant Carmen, inspirant bruyamment de l'air comme s'il était sur le point de parler. Il ne semblait pas se décider à dire ce qu'il avait sur le cœur, ou chercher les mots les plus appropriés. Carmen l'observait, légèrement anxieuse, jusqu'à ce que finalement, il se planta devant elle et lança d'un ton presque coupable:


    "Oui, je t’aime, et alors ?"

    Carmen déglutit. Les mots résonnèrent dans sa tête comme s'ils avaient été prononcés dans un lieu vide où l'écho se propageait. Elle ne réussit pas à avoir la moindre réaction. Si Eleazar avait cherché le meilleur moyen pour lui avouer ses sentiments, elle ne s'était pas préparée à ce discours et ne trouva rien à lui répondre. Pourtant, la jeune femme voulait se lever et se plonger dans ses bras, lui dire qu'elle aussi l'aimait, mais qu'elle avait peur qu'il s'en aille, que cela allait lui briser le cœur et qu'elle ne le supporterait certainement pas... Elle aurait d'ailleurs dû faire cela... Mais elle continuait de le regarder. Complètement abasourdie... Jamais elle ne s'était attendue à cela... Elle s'était même interdite d'avoir de telles pensées.

    Carmen l'entendit soupirer, et il vint se rassoir à ses côtés. Le regard à nouveau perdu dans l'eau du fleuve, la jeune femme l'entendit se confondre en excuses quant à la façon dont il avait dit ces mots.
    Mais peu importait la manière dont cela avait été prononcé, peu importait même l'endroit, la façon, le moment... Le cœur de Carmen avait pris un rythme tel que le sang battait dans ses tempes, ses bras frissonnaient, ses épaules en étaient paralysées, sa respiration se faisait saccadée... La jeune femme était véritablement sous le choc. Le choc de l'entendre dire ces mots là, de le voir se rendre vulnérable face à elle.

    Il l'aimait...

    Les yeux embués de larmes, Carmen leva les yeux vers le ciel et inspira profondément. Elle tourna alors son visage vers celui d'Eleazar et détailla avec une attention toute particulière la moindre parcelle de ses traits. Lentement, la jeune femme leva sa main droite et la posa sur la joue glaciale de l'espagnol. D'où lui venait ce geste? Elle n'en savait rien, c'était venu naturellement, Carmen voulait juste qu'il la regarde dans les yeux lui aussi. A son tour, elle inspira profondément, et dit d'une voix parfaitement sereine:


    - Je t'aime aussi...

    Il était certain qu'Eleazar sentirait les tremblements qui parcouraient les bras de la jeune femme, qu'il remarquerait que ses yeux pouvaient à tout moment se transformer en fontaine. Mais Carmen avait, elle, remarquer non pas un certain désespoir, mais une certaine tension dans son comportement. Le cœur battant, elle n'avait pas d'autre choix que de lui en demander la raison...

    - De quoi as-tu peur?

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeDim 12 Avr - 18:47

    Et voilà, il l’avait dit. Il avait fini par oser dire tout haut ce que tout son être lui hurlait tout bas depuis le début. Il avait certes fallu un certain temps pour ne pas mettre toutes ces impressions, toutes ces tentations sur le dos d’une attirance purement gastronomique, mais cette fois, Eleazar avait tout à fait accepté ce qu’impliquait la situation et il avait formulé cela, de manière un peu cavalière, mais il l’avait fait.
    Dès qu’il avait repris place sur le banc, Denali avait pris conscience de la façon déplacée avec laquelle il avait avoué ce qu’il ressentait et il s’en était excusé en évoquant les longues heures passées à réfléchir à la manière la plus adéquate de formuler cela pour une jeune femme de plus de cinq cents ans de moins que lui…
    Et soudain, miss Hamilton avait posé une main sur sa joue marmoréenne, il avait regardé vers elle et elle avait prononcé les quatre mots qui expliquaient bon nombre de choses, d’attitudes, de situations et de comportements qu’avait eus la demoiselle durant deux mois. Sans parler des affolements du cœur de celle-ci, de ses rougissements, de ses regards particuliers… Posant la main gauche sur celle de Carmen qui était sur sa joue, le vampire ferma un instant les yeux, comme pour graver cet instant dans sa mémoire à tout jamais, puis il les rouvrit au moment précis où la jeune femme lui demandait ce qui lui faisait peur.

    L’idée d’avoir à dire à Carmen toute la vérité lui avait toujours semblé une épreuve insurmontable. Pourtant, alors qu’il sentait sur sa peau la chaleur lancinante et typiquement humaine, Eleazar secoua légèrement la tête, signe de négation des plus parlants.


    "Carmen, il y a des choses dont tu ne soupçonnes pas l’existence… des choses qu’il vaut mieux ignorer pour rester en sécurité…"

    Pourquoi fallait-il qu’il existât des barrières aussi ardues entre les espèces ? Denali ne savait pas trop comment il allait pouvoir faire comprendre à sa douce ce qu’il voulait lui apprendre. Il fallait qu’elle ait le choix, qu’elle puisse décider elle-même de ce qu’elle voulait et de ce qui l’attendait.

    Il se leva à nouveau, prêt à faire une petite démonstration suffisamment explicite pour que Carmen comprenne qu’il n’était pas tout à fait celui qu’elle pensait.


    "Regarde."

    Marchant vers un réverbère à quelques mètres du banc, l’un de ces réverbères fonctionnant au gaz, Eleazar s’assura qu’il avait bien toute l’attention de la belle, puis il bondit tout en haut du poteau de métal. Une seconde plus tard, il était sur le réverbère suivant, et il fit quelques sauts de ce genre avant de revenir au poteau le plus proche du banc. Mettant pied à terre, le vampire se plaça derrière le réverbère qu’il saisit d’une main et qu’il plia sans faire d’effort apparent. Une fois certain que la fille du colonel avait bien vu ce qu’il avait fait, il redressa le métal d’un geste presque nonchalant et revint vers elle.

    "Alors, à ton avis, n’ai-je pas raison d’avoir quelques craintes pour ta santé ? Je pourrais te briser sans même m’en rendre compte…"

    Le garde des Volturi reprit sa place initiale, à côté de l’humaine.

    "Tu te souviens de l’exposition où j’ai rencontré ton père ? J’ai parlé des personnes pour qui je travaille. Ils sont comme moi, mais font autorité sur nous tous. Et l’une des règles d’or est de ne pas révéler notre existence à des gens… normaux. "

    Ses yeux d’or plongés dans ceux de miss Hamilton, Denali esquissa un minuscule sourire.

    "Je sais que ce n’est pas facile à croire et encore moins à comprendre…
    Regarde-moi. Quand j’ai rencontré, il y a plus de vingt ans, une jeune femme à qui tu ressembles beaucoup, en Italie… à Florence plus précisément, j’étais exactement comme tu me vois. J’étais assis à côté de Morgane, nous avons parlé d’art et de littérature durant une bonne partie de la soirée, puis il a fallu que nous nous séparions. T’a-t-elle parlé de cela ? Je n’ai pas pu me rendre à sa rencontre le lendemain, et jamais je ne l’ai revue… Elle a fini par épouser l’homme que lui destinait son père et moi, j’ai continué ma vie de mon côté…"


    Ce n’était peut-être pas très délicat de sa part de parler de cet épisode à la fille de Morgane, mais Eleazar espérait que Carmen comprendrait où il voulait en venir. Ce soir, il tenait à lui faire prendre conscience de toutes ces choses, car il souhaitait vraiment qu’elle ait le choix.

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeLun 13 Avr - 15:24

    Pourquoi avait-il fallu attendre si longtemps pour que ces deux êtres s'avouent leurs sentiments? Les non-dits étaient peut-être l'une des pires choses en ce bas monde. A quoi servaient-ils si ce n'était qu'à perdre du temps?
    La main contre la joue glacée d'Eleazar, Carmen regrettait sincèrement que les choses se soient passées ainsi; ce contact, elle aurait pu en profiter plus tôt. Et cela si la peur n'avait pas tiraillé son compagnon. Etait-ce en rapport avec ce qu'il devait lui avouer depuis deux mois? En quoi cela pourrait-il changer quoi que ce soit dans leurs sentiments?Eleazar avait-il peur que Carmen le repousse parce qu'il avait, comme tout un chacun, un lourd passé? Elle ne voyait où pouvait être le mal...

    L'espagnol ferma les yeux et posa sa main sur celle de Carmen. Emprisonnée par une barrière de glace, Carmen observa avec attention cet air vulnérable et craintif qui se dessinait sur le visage de son compagnon. Elle l'avait déjà vu désemparé une fois... Mais à ce point, c'en était troublant.
    Rouvrant les yeux lorsque la londonienne lui demandait de se confier sur ses craintes, Eleazar secoua la tête, comme résigné... La vérité semblait pour lui terrible.

    Des choses dont elle ne soupçonnait pas l'existence? Sécurité?


    - De quoi parles -tu?

    Un air d'incompréhension passa sur les traits de la jeune femme. De quoi voulait-il parler? Carmen était certes une jeune femme qui faisait preuve parfois de naïveté, surtout dans son jugement envers les autres car elle leur accordait toujours le bénéfice du doute, mais elle n'était tout de même pas née de la dernière pluie. De quoi parlait-il?
    Eleazar se leva alors, rompant le contact avec la main de Carmen qui l'attarda dans une caresse de confiance. Quoi qu'il puisse lui dire... Qu'est-ce que cela changerait...?

    Il lui demanda son attention et marcha vers un réverbère. Eleazar jeta un dernier regard à la belle et le spectacle auquel elle assista à ce moment précis fut des plus surprenants.
    Carmen s'était attendue à beaucoup de choses: elle s'était imaginée qu'il lui avouait être marié, peut être même qu'il était un espion en mission (décidément, il fallait qu'elle arrête les romans d'aventures en vogue...), mais jamais elle n'avait pensé voir un homme bondir de cette manière sur un réverbère aussi haut... Et avec une telle facilité... C'était tout bonnement hors du commun, impossible qui plus est... C'était un véritable défi aux lois de la nature. Pourtant, Eleazar avait bien sauté sur le haut du réverbère. Dressant les épaules dans un hoquet de surprise, Carmen le regarda sauter sur un autre plus éloigné, avec toujours cette même facilité qui lui semblait presque... inhumaine... Un mot qu'elle refusait à ce moment précis.

    Les yeux grands ouverts et les lèvres légèrement entrouvertes comme pour être sûre qu'elle ne rêvait pas, la respiration coupée par des épaules anormalement rigides, la jeune femme le regarda effectuer d'autres sauts jusqu'à ce qu'il revienne vers elle et le réverbère le plus proche. Là encore ce qu'il fit aurait pu l'effrayer si elle n'avait pas été aussi abasourdie... Eleazar tordit le réverbère et le répara aussi rapidement... Mais comment... Cet objet n'était-il pas forgé dans un métal solide? Comment un homme pouvait-il...?

    Jamais elle n'aurait cru que ces choses-là étaient possibles... L'idée de la farce ne lui effleura même pas l'esprit tant tout ceci était inconcevable. Carmen regardait Eleazar droit dans les yeux, non pas avec un air terrifié, mais avec celui de l'incompréhension totale... Il revint vers elle et s'assit de nouveaux à ses côtés... Dans un murmure, elle réussit à articuler un unique mot:


    - Comment...

    Voilà donc le danger selon lui. Il était d'une force surhumaine et représentait lui-même le danger. Mais cela malgré la surprise de l'inconcevable découverte, elle n'en croyait pas un mot. Deux mois qu'ils se fréquentaient tous les jours, le mal serait arrivé plus tôt... Elle secoua la tête en dénégation. Elle ne croyait pas à ce danger là... Elle ne comprenait simplement pas... Ce qu'il était...

    Assis près d'elle, il lui rappela, la fois où il avait parlé de son travail. Il existait d'autres êtres comme lui... Et ceux pour lesquels il travaillait représentaient l'autorité suprême de leur monde. Eleazar venait donc de transgresser ses propres règles. Il venait de prendre le risque de la mettre en danger, parce qu'elle était ''normal''. Pourquoi? Comment? Comment ces gens pourraient-ils être au courant de toute manière? Ils ne pouvaient pas être omniscients...
    Les questions tourbillonnaient dans la tête de Carmen, son esprit n'était plus clair... Elle avait des milliers de questions à lui poser. A commencer par... pourquoi... Pourquoi était-il ainsi? Et comment cela était arrivé? Pourquoi lui et ses semblables ne se montraient pas au grand jour? Mais, abasourdie, Carmen se perdait dans les yeux dorés d'Eleazar, perdant une fois de plus la parole.

    Il ne lui laissa pas poser ses questions et aborda un autre sujet. Eleazar lui raconta une histoire qu'elle connaissait déjà par cœur. Celle d'une femme qui avait rencontré un être d'exception plusieurs années plus tôt en Italie... Elle ne l'avait jamais revu et avait continué sa vie sans lui, sans même savoir si cela avait été un rêve ou si l'homme l'avait simplement délaissé parce qu'il ne s'intéressait pas elle.
    Là, c'en était trop d'un coup... Comment Eleazar voulait-il que Carmen réagisse? Il ne pouvait pas connaître cette histoire, c'était impossible... Non... Ca ne se pouvait...

    La jeune femme se leva d'un bond, le souffle court, elle avança de quelques pas sans même le regarder... En quelques minutes, la situation avait pris une tournure qu'elle ne comprenait pas, et le réveil s'imposait! Mais non, elle ne dormait véritablement pas et cette histoire était tout bonnement incroyable...


    - C'est impossible... D'abord..., Carmen regarda à nouveau les réverbères. Les mots lui manquaient vraiment. Ensuite, tu me dis que tu n'es pas censée me parler de tout ceci et là... tu me dis que c'est toi qui a br...

    Les mots se perdirent. Cet homme-là, celui dont elle étai tombée amoureuse ne pouvait pas être celui qui avait brisé le cœur de sa mère... Le responsable de son mal, de sa mélancolie...

    - C'était il y a plus de vingt ans... c'est impossible que ce soit toi... Tu aurais... Mais enfin tu aurais près de soixante ans...

    Carmen le regardait d'un air abasourdi. Elle ne tremblait plus: étrangement elle n'avait pas peur de ce qui se passait alors qu'elle aurait dû fuir en courant. Mais elle voulait comprendre et de toute manière... Elle se sentait bien trop liée à lui pour faire une chose pareille.

    Non, elle avait droit aux réponses.


    - Qui es-tu?

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeLun 13 Avr - 21:17

Spoiler:
 

    Après sa petite démonstration de force et d’agilité, Eleazar était revenu à côté de miss Hamilton et avait parlé. Des Volturi, à mots couverts, puis de Morgane… et il s’attendait bien à ce qu’elle réagisse, prouvant son étonnement et son désarroi. Quoi de plus désarçonnant que d’apprendre que l’homme que l’on pensait connaître n’était pas tout à fait celui que l’on pensait… Il était évident que la nouvelle avait quelque chose d’inédit et, mieux encore, quelque chose d’incroyable. Pourtant, Denali persistait dans ses explications et, quand Carmen lui fit remarquer que si c’était lui qui avait rencontré Morgane des années auparavant, il devait avoir au moins soixante ans actuellement, il sourit sincèrement.

    "Quel âge me donnes-tu ? Compare avec ce que Morgane Peterson a pu te raconter… A-t-elle gardé mon manteau ?" A présent, il essayait de lui faire prendre conscience que c’était lui et pas un autre qui avait discuté avec sa mère ce soir-là, au bord d’une fontaine. "Seuls mes yeux ont changé, Carmen. Tu trouves que je ne ressemble pas à ce qu’elle t’a dit de moi ?"

    Alors, elle lui demanda qui il était. Le vampire la regarda, l’air grave.

    "Te révéler qui je suis ne t’apportera pas grand-chose, tu sais déjà le plus important sur mon compte. Te dire ce que je suis, par contre… je ne suis pas sûr que tu me croirais… Et cela te mettrait en danger…"

    Que pensait-elle exactement ? Il n’en avait aucune idée, mais il se doutait bien que les révélations de ce soir n’étaient pas faciles à avaler. Il préférait d’ailleurs qu’elle comprenne d’elle-même, en posant des questions précises, en réfléchissant… cela lui éviterait, à lui, d’avoir à utiliser des circonlocutions exagérément, et la fille du colonel lui démontrerait par là son sens de la déduction…

    "Carmen, tu peux comprendre par toi-même, j’en suis certain. Réfléchis à tout ce que nous avons vécu ensemble, n’y a-t-il rien que tu aies remarqué ? des comportements que je n’ai pas eus, des exigences physiques auxquelles j’ai échappé ou des habitudes qui sortent de l’ordinaire… en deux mois, il s’est passé beaucoup de choses, mais as-tu remarqué tout ce à quoi je me suis toujours soustrait ?"

    Déontologiquement, Eleazar ne pouvait pas prononcer les mots interdits. Bien sûr, il y avait toujours la possibilité de jouer sur les mots, de dire sans dire, etc. mais c'était aussi une sorte de test de Carmen, en même temps...

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeLun 13 Avr - 22:47

Spoiler:
 

    Debout face à lui, Carmen le regardait sans comprendre. tout cela sortait de l'ordinaire, rien n'était logique... L'homme qu'elle avait face à elle, ne pouvait pas être l'homme qui avait séduit sa mère... Non, ce n'était pas... concevable! Elle nageait en plein cauchemar... Il se moquait d'elle, ce n'était pas... pas plausible...
    Mais il connaissait le nom de jeune fille de sa mère... L'histoire du manteau...


    - Le manteau de laine...

    Carmen seule connaissait cette histoire. Sa mère ne l'avait jamais mentionnée à personne et avait gardé précieusement le manteau dans l'un de ses coffres. Elle lui avait raconté qu'aucun des deux ne s'étaient rendus compte que le manteau de ce mystérieux inconnu était toujours sur ses épaules, qu'elle ne l'avait enlevé qu'une fois à l'intérieur, et qu'elle l'avait serré contre son coeur toute cette nuit-là... Et d'autres par la suite... La seule chose que Morgane avait gardé pour elle, c'était le nom de son étranger... un espagnol...
    Carmen perdit toute expression sur son visage, nageant dans une confusion totale...

    Eleazar lui demanda ensuite si elle ne remarquait pas un détail concernant ses yeux. Quelque chose qui aurait changé... La réponse lui vint immédiatement...


    - Comment tes yeux auraient-ils pu changer de couleur?

    On nageait dans le surnaturel... Mais elle savait qu'il disait vrai... Il n'aurait pu inventer tout cela seul, il n'aurait pu l'apprendre de la bouche de qui que ce soit...
    Sa respiration se calma et elle le regarda d'un air désolé. Elle sentit légère humidité sur ses joues. Les larmes avaient fini par couler, mais pas pour les raisons qu'elle avait prévues...

    Eleazar essayait de lui faire comprendre quelque chose. Son discours était alarmant, inquiet, dégradant pour lui-même... "Ce que"... Non, "Qui"! Qui était-il?


    - Mais enfin... tu es un être humain... tu n'es pas un animal... tu...

    Elle ne savait pas quoi ajouter tant la situation était étrange. Et lui insistait pour qu'elle comprenne. Mais qu'y avait-il à comprendre? Où voulait-il en venir?
    Elle réfléchit à ce qu'il lui demandait alors que les larmes coulaient toujours sans qu'elle ne puisse les retenir. Carmen pensa à tous les instants qu'elle avait partagé avec lui, à ce qu'ils avaient fait ensemble, aux endroits où ils étaient allés... Elle se mit à réfléchir tout haut:


    - Tu... tu as la peau froide... Tu es distant avec les gens, tu parles très peu de ta vie... Tu...

    Elle inspira profondément alors qu'elle venait de remarquer quelque chose.

    - Je ne t'ai jamais vu manger...

    Carmen avait l'impression de s'être ratatinée, mais elle redressa ses épaules, devant lui.

    - J'ai l'impression que les questions que je dois te poser sont loin d'être courtoises...

    Elle hésita un instant mais se lança:

    - De quoi te nourris-tu?

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeLun 13 Avr - 23:23

    Le temps s'écoulait lentement. Il était étrange de constater à quel point la notion de temps était élastique : les deux derniers mois avaient passé comme une journée, et ces dernières minutes s'étiraient comme un siècle. Mais il fallait passer par là, même si ce n'était pas le moment le plus agréable qui soit.
    Eleazar hocha la tête lorsque son interlocutrice compléta le manteau de son prédicat. Le manteau de laine... Le manteau épais et gris des gardes des Volturi. Le manteau qu'il avait laissé à une jeune femme, il y a bien longtemps... une erreur qu'il n'avait pas reproduite avec Carmen le premier soir. Enfin, était-ce vraiment une erreur? Il n'en savait rien. Au fond, il n'avait jamais su ce qui aurait pu se passer le lendemain de ce soir de 1789 où il avait croisé la route de Morgane. Lui, il avait été envoyé calmer une bande de nouveau-nés et n'avait pu la revoir. L'avait-elle attendu? lui avait-elle pardonné? Il avait préféré croire qu'elle l'avait oublié et qu'elle avait une vie heureuse, sans lui...


    "Manteau de laine grise. Je ne voulais pas qu'elle prenne froid. Mais d'un autre côté, oublier ce manteau sur ses épaules, je m'en suis rendu compte par la suite, c'était lui laisser une preuve de la réalité de cette soirée... J'aurais dû être plus attentif..."

    Il fallait éviter de trop reparler de cet épisode. Ou Denali serait acculé à dévoiler à Carmen le pourquoi de ce rapprochement avec Morgane... il serait obligé de lui avouer qu'il avait songé à faire d'elle son repas... même si durant deux mois, il avait béni le moment où il avait décidé de laisser vivre miss Peterson qui avait, dès lors, pu concevoir et donner naissance à la plus envoûtante des humaines qu'il avait connues.

    Encore une fois, le vampire ignorait ce qui se passait exactement dans la boîte crânienne de miss Hamilton, mais il restait là, stoïque, prêt à se laisser interroger et prêt à répondre le plus sincèrement possible. Alors, elle lui demanda ce qu'il en était de ses yeux...


    "Ils étaient rouges, auparavant. Il a fallu un très grand changement dans ma vie pour qu'il prenne cette couleur-ci... Or, topaze, miel ou appelle-la comme tu voudras... Une réflexion, une prise de conscience, une décision et un changement. Tout est lié."

    Et comme il l'avait encouragée à réfléchir à bon nombre de choses, Carmen se mit à énumérer quelques-uns des faits et gestes sortant de l'ordinaire humain qu'avait eus Eleazar. Il opina à chacune de ces remarques, car elles étaient toutes vraies, puis il sourit quand la fille du colonel lui dit l'impression qu'elle avait... juste avant qu'elle ne pose la question-clef, celle-là même qui expliquait tout et qui effrayait tout le monde. Comment répondre décemment à cette interrogation-là? Denali hésita quelques secondes, puis lâcha d'un ton aussi coupable que possible :

    "C'est la meilleure question que tu pouvais me poser... et c'est précisément celle à laquelle je ne peux te répondre... Je suis désolé, mais cela fait partie de nos lois..."

    Eleazar savait bien qu'il en avait trop dit ou pas assez, mais cette question-là, il avait réellement peur d'y répondre, car cela impliquait une grande crainte en Carmen, il en était sûr...

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeMar 14 Avr - 1:32

    Les épaules de Carmen tremblaient. Sa soirée d'adieux se transformaient en histoire à dormir debout. L'homme qui se tenait devant elle... C'était celui qui avait fait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui. Cela paraissait inconcevable, et pourtant, c'est bien pour n'avoir jamais les souvenirs douloureux d'un hypothétique amour perdu que la jeune femme avait voulu prendre son envol. Ces choix, elle les avait fait pour ne pas subir la même mélancolie que sa mère. Et voilà que le responsable était devant elle. Celui à qui elle devait d'avoir ouvert les yeux.
    Le visage ruisselant de larmes, Carmen l'écouta donner les détails sur le manteau de laine. Elle ne supportait pas de l'entendre parler de cette histoire et ferma les yeux comme pour chasser sa voix de velours... C'était vraiment lui... Se doutait-il du mal qu'il avait causé à sa mère? Se rendait-il compte que cette unique rencontre avait bouleversé son regard sur la vie et que cette femme avait rendu les armes par pure commodité laissant ainsi le loisir à un autre homme de la toucher par pure arrogance?


    - Tu aurais dû garder ce manteau en effet..., dit-elle dans un murmure.

    Carmen sentait une bouffée de colère monter en elle. Elle n'aurait pas cru cela possible contre Eleazar. Elle l'aimait depuis le jour-même où il l'avait confondu... avec sa propre mère. Depuis qu'il avait eu l'air désemparé quand il avait compris que ce n'était que Carmen. L'histoire devenait véritablement affreuse...
    Il insista sur la couleur de ses yeux. La jeune femme savait qu'ils n'avaient pas la même couleur qu'autrefois... Combien de fois Morgane avait-elle insisté sur cette "merveilleuse couleur pourpre"? Ainsi ils avaient changé... Suite à un changement de vie. Quel était-il ce changement de vie? Avait-il décidé d'arrêter de bouleverser la vie de pauvres femmes prisonnières? Non... Il fallait que Carmen reste calme...


    - Quel changement?murmura-t-elle dans un souffle encore plus faible.

    Ses yeux le regardaient avec une lueur de tristesse. Carmen ne comprenait pas la totalité de l'histoire. Elle ne voyait pas où il voulait en venir, et il ne disait rien, il restait là à essayer de la faire réfléchir, mais sa tête était en ébullition, prête à exploser. Elle avait besoin de comprendre: pourquoi ne vieillissait-il pas? D'où lui venait toute cette force? Pourquoi ne se nourrissait-il jamais devant elle? Mais il se contentait d'acquiescer ses réflexions et ses questions sans y apporter la moindre réponse. Carmen n'y tint plus et son cœur bondit de rage dans sa poitrine. Elle aussi...


    - Tu te moques de moi? Comment... Comment veux-tu que je comprenne quoique ce soit à ce que tu me racontes? dit-elle en reprenant un peu d'assurance dans la voix.

    Respirant bruyamment, elle fit deux pas en sa direction, les poings serrés. Il était toujours assis... A ne rien dire... Elle explosa:


    - Mais réponds-moi!!! Tu me dis que tu ne peux rien me raconter, mais tu me montres des choses dont je ne soupçonnais même pas l'existence!!! Tu m'avoues que tu es l'homme qui a fait de la vie de ma mère un enfer il y a vingt ans et que tu ne te nourris pas comme moi!!!

    Soudain Carmen empoigna sa robe pourpre et parcourut d'un pas décidé le peu de distance qui la séparait d'Eleazar. Elle s'agenouilla face à lui et prit son visage glacé dans ses mains brûlantes de rage. Ses larmes ne cessaient pas. Désemparée, elle était dans le vague, elle ne comprenait pas. Que disait-il? Qu'il la mettait en danger volontairement? Qu'elle n'avait pas le droit de savoir? Mais alors que faisait-il là?

    - Qu'est-ce que ce jeu, Eleazar? Ou tu me dis tout... Ou tu ne dis plus rien... Que dois-je comprendre à tout cela? Que je suis le substitut de ma propre mère? Que tes sentiments ne sont qu'un simple report de personne? Que je suis en danger? A cause d'eux? De toi? Et bien quoi...? Je vais te servir de repas?

    Elle ne savait pas pourquoi elle avait posé cette dernière question. Cela lui était apparu comme une évidence même si elle espérait se tromper. Ses mains tremblaient. Carmen pleurait. Mais elle n'arrivait pas même à lui en vouloir. Elle désirait seulement savoir, comprendre. Pour qu'enfin il la prenne dans ses bras... Cette solution n'était-elle donc pas possible?

    - Suis-je tombée dans un piège, Eleazar? murmura-t-elle.

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeMar 14 Avr - 19:55

    La soirée s’annonçait de plus en plus différente de ce qu’avait imaginé Eleazar. Il était temps que miss Hamilton sache la vérité, mais, comme chacun sait, celle-ci n’est pas toujours bonne à dire… Dans un premier temps, Denali avait voulu prouver à Carmen qu’il n’était pas tout à fait celui qu’il donnait l’impression d’être, mais, à dire vrai, il se demandait à présent s’il avait bien fait de choisir d’agir de la sorte.
    Le vampire ne regardait plus la fille du colonel. Il savait qu’elle était en train de pleurer, ce n’était pas bien sorcier : le son infime de l’eau salée ruisselant sur la peau était très caractéristique. Il avait dû commettre une erreur… mais bon, autant le reconnaître, Eleazar n’avait jamais été très doué pour la psychologie.
    La dernière phrase que la jeune femme prononça fit comprendre très clairement à Denali qu’il valait mieux clore là ce sujet. Carmen avait sans doute suffisamment de détails sur cette histoire pour croire à cette partie-là de la vérité. Et quand elle lui demanda, à voix très basse, de quel changement il était question, l’Espagnol eut un soupir.


    "Un changement moral et alimentaire…"

    En dire plus était une obligation éthique vis-à-vis d’elle, mais c’était aussi et surtout en dire trop. Était-il prêt à la mettre en péril à ce point pour satisfaire une légitime curiosité ? La tristesse qu’il lut dans les yeux de l’humaine en la regardant finit de le convaincre. Il fallait lui dire. Se taire plus longtemps aurait été une raison supplémentaire à la triste souffrance qui l’habitait.
    Eleazar décida qu’il fallait tout avouer lorsque la belle commença à sortir de ses gonds, quand il apprit qu’il avait détruit la vie de Morgane Peterson… ce qu’il était certainement en train de faire ce soir avec la jeune femme qu’il estimait grandement.
    Quand elle se fut agenouillée devant lui, ruisselante de larmes et aussi énervée qu’il est humainement possible de l’être, Denali leva les yeux vers elle et lui prit la main, comme plus tôt, avant de prendre une inspiration suffisante pour dire ce qu’il s’apprêtait à révéler à la fille du colonel anglais.


    "S’il y a quelqu’un ici qui est pris au piège, Carmen, ce n’est pas toi… Tout ceci n’est pas un jeu, mais je vais enfreindre la règle la plus élémentaire de mon existence. Tu jugeras par toi-même de ce qu’il faut décider et de ce qu’il faut faire."

    Le vampire avait fixé son regard d’or sur le visage de Carmen, sur ses yeux, plus précisément, et il avait l’air le plus sincère du monde.

    "Ce que je vais te dire te mettra en danger si on apprend que tu sais.
    Quant à moi… je risque tout simplement la torture d’usage, suivie du démembrement, avant que chacun de mes morceaux ne finisse sur un bûcher…"


    Et pourtant, Denali le prenait, ce risque. Et s’il devait périr de ce choix, il aurait au moins eu la satisfaction de n’avoir pas menti autrement que par omission à celle qu’il aimait. Et comme la question fatidique avait été posée, il décidé, tenant toujours la main de la Londonienne au creux des siennes, étau dur et glacé qui se voulait doux et chaleureux, de continuer son récit.

    "Il y a vingt-cinq ans, oui, tu m’aurais sans doute servi de repas. Je t’aurais séduite, puis emmenée dans un endroit à l’abri des regards. Et là…"

    La fin de sa phrase demeura en suspens. Ce n’était pas la peine d’ajouter de sanglants détails à l’horreur qui devait s’installer, en cohabitation avec l’angoisse, chez miss Hamilton.

    "Enfin… tu comprends ce que je veux dire…" Le garde des Volturi eut un sourire un peu plus large que d’habitude, un sourire qui dévoilait ses crocs immaculés. "Avec un ami, nous avons essayé de nous nourrir autrement. Le sang animal plutôt que le sang humain. C’est ce qui a fait changer la couleur de nos yeux à tous les deux…"

    Une fois qu’il avait réussi à dire cela, Eleazar s’était senti plus libre dans ses paroles et avait donc continué.

    "Je suis figé dans le temps, Carmen. Tu disais que je devais avoir au moins soixante ans pour être celui qui…" Bref silence. "… qui a brisé la vie de Morgane… J’ai plus de soixante ans. Beaucoup plus. J’ai connu l’invention de Gutenberg en temps réel, la prise de Constantinople et même la libération de Grenade."

    Allait-elle pouvoir supporter encore un aveu ? Si ce n’était pas le cas, tant pis : Denali n’aurait plus rien à lui cacher et c’était mieux ainsi. Il ajouta alors quelques détails qui lui semblaient importants et pertinents.

    "Mon travail consiste à faire respecter nos lois et à empêcher que les humains ne nous découvrent. Le jour où il était prévu que je revoie ta mère, j’ai été envoyé en mission par notre triumvirat." Encore un silence. "J’ai brisé son cœur pour éviter un désastre…"

    Durant tout le temps qu’il avait parlé, jamais il n’avait cillé. Il n’avait pas quitté Carmen du regard et n’avait pas lâché sa main.

    "Voilà, désormais, tu sais à peu près tout…"

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeMer 15 Avr - 19:37

    Agenouillée devant son compagnon, Carmen sentait que son monde allait changer. Quelque chose ne tournait pas rond ici bas. Le monde tel qu'elle le connaissait ne devenait qu'un vaste mensonge, qu'une vaste supercherie. Elle regardait Eleazar dans l'or de ses yeux. Il était un être à part. Différent d'elle, de bien des manières. A ce moment précis, avec tout ce qu'elle venait d'apprendre, elle aurait dû le haïr, elle aurait dû se sauver en courant, prendre ses jambes à con cou et ne plus jamais se retourner sur son imposante silhouette. Pourtant elle ne pouvait se résigner à faire quoique ce soit. Elle n'arrivait pas même à lui en vouloir.

    Carmen était sous le choc. Sous le choc d'apprendre qu'elle était beaucoup plus liée à cet homme qu'elle ne le croyait, sous le choc de le voir aussi fort et aussi rapide... Sous le choc que son monde était loin d'être celui qu'elle croyait.
    Mais lui... Était-il responsable de ce monde? En était-il l'instigateur? Non... Il n'était pas celui qui avait fait de ce monde ce qu'il était... Qui l'aurait su de toute manière? Puis il s'agissait de lui... Il s'agissait d'Eleazar, l'homme à qui elle venait de donner son cœur... La seule chose qui gênait vraiment Carmen, c'était le lien qu'il avait avec sa propre mère. Toute la vie de Morgane Peterson Hamilton (du moins celle qu'elle avait eu depuis son retour d'Italie) avait tourné vers son souvenir, et voilà que Carmen aimait le même homme...

    La londonienne continuait de regarder son ami... Elle exigeait des explications, il les lui devait; Eleazar ne pouvait décemment pas lui montrer de telles choses sans apporter les explications réelles. Carmen devait... non, voulait comprendre.
    Les changements physiques d'Eleazar étaient dûs à un changement moral et alimentaire... Mais qu'entendait-il par là? Carmen se tut... Et écouta son histoire tout en continuant de le regarder fixement alors qu'il lui prenait la main.

    Il n'y avait pas de jeu... Eleazar devait juste suivre des règles, mais avec Carmen, il allait les enfreindre. Elle devrait elle-même décider de la suite des évènements... Trahir les siens le mettait aussi en danger qu'elle le serait. Ils lui en voudraient et le tortureraient...
    Ce qu'il était? Un être qui se nourrissait de sang... de sang humain, il y a vingt. Mais qui avait fait le choix de respecter la vie humaine et de ne boire que du sang animal. Voilà le changement alimentaire dont il parlait... Changement qui avait impliquait une évolution physique: l'or des yeux: symboles de civilisation...
    Tout aussi important, c'était un immortel, un être qui ne vieillissait pas... Qui... ne mourrait pas. Et qui avait connu beaucoup plus de choses qu'il ne pouvait l'admettre en public.

    S'il n'avait jamais revu Morgane Peterson, c'était pour la protéger de ce monde-là...

    Carmen l'avait écouté presque religieusement, ne l'avait pas interrompu une seule fois. Elle ne l'avait pas quitté des yeux non plus. Ses larmes s'étaient arrêtaient, la rage et la surprise passées. La jeune femme réfléchissait à toute vitesse: Eleazar ressemblait en tout point à un être humain, il était seulement immortel et se nourrissait de sang... Une créature errante, un être des ténèbres même si l'on en croyait l'Église catholique...

    Pourquoi n'avait-elle pas peur? Elle se contenta de murmurer...


    - Moi qui croyait que les vampires n'étaient qu'un mythe grec qui s'était propagé à travers le temps...

    La main chaude de Carmen dans celle du vampire, la jeune femme continuait de regardait Eleazar fixement, le cœur battant...

    - Que dois-je faire?

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeMer 15 Avr - 21:29

    Et voilà, il avait tout raconté, sans prendre la peine d’embellir quoi que ce soit, sans chercher à masquer les pires choses de sa vie. Eleazar avait voulu être honnête, tout simplement, et il lui semblait tout à fait normal pour ce faire, de risquer sa peau. Il n’avait pas vraiment conscience de ce qu’allait bien pouvoir penser miss Hamilton de tout cela. Il n’y avait pas vraiment songé, enfin, si, mais pas en ces termes : il avait surtout reculé l’échéance pour ne pas la mettre en danger trop vite, pour ne pas l’horrifier…

    Et à présent que c’était fait, que tout était dit, que Denali avait pris ce risque, il n’avait pas la moindre idée de tout ce qui se déroulait dans l’esprit de la belle. Avait-elle peur ? Allait-elle le gifler ? Lui hurler dessus ? S’enfuir, tout simplement ? Il aurait bien sûr compris chacune de ces réactions. Elles étaient toutes légitimes. Pour le moment, le garde des Volturi se taisait, observant un silence quasiment religieux et laissant ses mots faire leur chemin dans la tête de Carmen.

    Quand elle prit la parole, après un silence qui en disait long sans en dire trop tout de même, Eleazar esquissa un sourire. Elle parvenait à faire de l’humour alors qu’il lui avait fait part de toute l’horreur du monde, d’un monde insoupçonné et insoupçonnable…

    Puis, elle posa la question cruciale. Que devait-elle faire ? à vrai dire, Eleazar n’avait pas à lui dicter la conduite à adopter. N’était-elle pas dotée du libre arbitre ? n’avait-elle pas suffisamment de conscience et d’intelligence pour peser le pour et le contre, pour tirer des conclusions et prendre la bonne décision ?

    Mais tout cela n’était pas aussi rationnel que la vie de tous les jours. Déjà, le sentiment qu’Eleazar avait senti naître pour cette jeune humaine n’avait rien de rationnel, et cela faussait son jugement. Qui était-il, d’ailleurs, pour conseiller la Londonienne ? C’était lui qui la mettait dans une situation complexe et inextricable, et il était sans doute le moins bien placé pour éclairer la lanterne de l’autre protagoniste de cette affaire.

    Faut-il le dire, le silence d’Eleazar fit de nouveau l’honneur de sa présence. Les yeux toujours rivés sur le visage de la fille du colonel, Denali finit par hocher la tête.


    "La décision t’appartient, Carmen. Quoi que tu choisisses, je respecterai cela."

    Jamais on n’avait fait de demande en mariage de cette manière, sans doute. Mais rien n’était habituel dans l’histoire d’Eleazar et de Carmen. Alors, il se lança et exposa ce qu'il pensait être la meilleure synthèse de la situation :

    "Tu as deux choix devant toi. Continuer ta vie actuelle ou… rester avec moi pour l’éternité."

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeJeu 16 Avr - 0:02

    Ils étaient face à face, tous deux se regardaient et se rendaient compte de l'horreur de la situation. Carmen, jeune londonienne, une humaine tout à fait ordinaire vouée à une vie mortelle. Eleazar, un vampire espagnol exceptionnel condamné à l'errance des immortels. Pouvait-on réunir deux êtres plus différents? Ils n'avaient pas été conçus pour se rencontrer... Encore moins pour s'aimer... Et pourtant, Eleazar Denali avait assez de sentiments pour se mettre en danger et risquer son immortalité... Carmen Hamilton se sentait suffisamment en confiance pour ne pas avoir pris ses jambes à son cou et rester là à tenir la main de son compagnon.

    Un vampire. Carmen aimait un vampire. Et il l'aimait... La situation ne pouvait être plus troublante. Le cœur battant, elle laissa Eleazar lui exposer les choix qui s'imposaient à elle. Ils étaient simples: rester humaine ou devenir vampire, rester mortelle ou devenir immortelle, vivre ou mourir. Le choix se limitait à cela.
    La jeune femme n'avait pas quitté Eleazar des yeux, elle n'avait pas tremblé, ni même exprimé de la peur sur son visage. Non tout cela lui paraissait logique, elle devait peser le pour comme le contre... Il lui proposait de vivre avec lui... Éternellement...


    - Je ne pensais pas avoir ce choix un jour... C'est tellement... Irréel...

    Carmen rougit à cette réflexion... Eleazar n'avait rien d'irréel, il était là, en chair et en os devant elle, à respirer comme elle... A espérer quelque chose, comme elle... A éprouver de l'amour, comme elle... Non, tout était bien réel...

    - Tu me demandes de choisir entre la vie et la mort, tu... Tu me demandes de choisir entre deux existences qui ont l'une et l'autre leurs difficultés...

    Les larmes lui revenaient sans qu'elle les laisse couler cette fois. L'émotion se lirait dans sa voix. Elle n'avait pas le temps de choisir, pas le temps de réfléchir, mais tout cela n'était-il pas logique? Simple? Après tout chaque existence avait son lot de fardeau...

    - Je deviens vampire, je perds la vie et mon entourage... Je reste humaine, je... Je te perds, toi...

    Evidence... La réflexion était évidente. Carmen avait le choix entre sa vie solitaire d'humaine, et une non-vie remplie d'amour avec Eleazar. Il n'y avait pas vraiment besoin de temps pour réfléchir à tout ça. Elle savait ce qu'elle voulait. C'était d'une simplicité enfantine...

    - Je... je ne peux pas te perdre Eleazar, je...

    Carmen s'était remise à trembler. Oui, tout allait très vite, oui ça décision pouvait semblait irréfléchie, insensée, arbitraire, car elle ne connaissait rien de la vie des vampires, comment pouvait-elle vouloir les suivre dans leur vie d'immortels?
    La jeune femme se dressa soudain sur ses jambes, et enlaça le corps glacé du vampire, enfouissant sa tête dans le creux de son épaule.


    - Non, je ne peux pas te laisser partir... je ne veux pas que tu me laisses, je...

    *.. je veux être avec toi!*

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeJeu 16 Avr - 12:01

    S’il avait pu songer un seul instant que miss Hamilton comprendrait si ouvertement la situation, Eleazar n’aurait pas perdu de temps à tourner autour du pot. Certes, c’était dans un souci de préservation de la jeune femme, mais peut-être l’avait-il trop ménagée, durant trop longtemps. Elle en avait ressenti de la frustration, plus tôt, et à présent qu’elle savait tout, le soulagement semblait conséquent.

    Il la vit rougir, prenant cette teinte qui lui donnait un charme fou, cette couleur qui trahissait des émotions. Elle réfléchissait à voix haute et lui, il trouvait cela superbe. Denali était certain que ce sens aigu de la réflexion était l’une des caractéristiques de miss Hamilton. Elle n’avait rien de commun avec les espèces de poupées enfarinées qui se coinçaient dans des corsets trop étroits pour paraître désirable. Non, la fille du colonel était dotée de tout ce qu’il fallait pour éveiller l’attirance sans devoir recourir à des artifices.

    Elle avait recommencé à trembler et lui, il se sentait toujours un peu désarmé face à ce genre de choses. S’il la prenait dans ses bras, ne tremblerait-elle pas plus encore sous l’effet du froid de sa peau, de son corps ? Et finalement, c’est elle qui décida de venir se blottir contre lui, l’enlaçant et nichant son visage au creux de son épaule…
    Eleazar referma doucement les bras sur Carmen, veillant à ne pas la serrer trop fort, à ne pas lui donner froid, même en cette saison étouffante. Il respira la fragrance de ses cheveux, lentement, en prenant bien soin de savourer chacune de ces bouffées d’air parfumé.


    "Carmen…"

    Et s’il essayait tout bonnement de prolonger son séjour ? Les Volturi lui en tiendraient-ils rigueur à ce point ? Le garde espérait que non. Il voulait que miss Hamilton ait le temps de préparer son départ de la vie humaine et de préparer son arrivée dans l’immortalité. Cela ne s’organisait pas tout à fait comme un voyage… et, Denali y avait déjà réfléchi, une subite disparition de la demoiselle, un soir où elle était sortie au théâtre avec son ami espagnol, aurait éveillé des soupçons. C’était peut-être égoïste, mais Eleazar ne voulait pas d’ennuis avec la police. Et puis, s’il devait être interrogé pour une disparition aussi importante, il était évident qu’il risquait la rencontre de Morgane… et ça, il ne pouvait s’y résoudre. Pas après ce qu’il avait appris de la bouche de Carmen.

    Il étreignait doucement la Londonienne, les yeux fermés comme pour mieux profiter de l’exquisité du moment, et lui murmura une proposition.


    "Prends le temps de réfléchir un peu… je peux peut-être revenir à Londres dans quelque temps…"

    Le vampire ne cherchait pas à la convaincre de rester ou de venir avec lui. Il tenait à ce que toute la décision appartienne à la jeune femme, qu’elle ait bien réfléchi.

    "Je ne te laisserai pas. Jamais. Mais il faut que tu saches que si tu choisis de quitter ta vie actuelle, il y a quelques inconvénients auxquels il te sera difficile d’échapper…"

    Le moment était venu de lui expliquer ce qu’était un nouveau-né et ce dont il était capable. Eleazar caressait la nuque de la belle du bout des doigts de la main droite, à présent.

    "Pendant environ trois jours, tu sembleras morte. Extérieurement, du moins. Mais à l’intérieur, tu seras déchirée par la souffrance. Quand tu te réveilleras, tu auras soif, et c’est tout ce qui comptera. Je serai là pour t’apprendre à canaliser te force et ta soif, mais ce ne sera pas facile. Il faut que tu le saches…"

    Il se tut un instant, écouta le cœur et la respiration de Carmen, puis déposa, sur ses cheveux, un petit baiser à la fois tendre et désolé. Le garde des Volturi savait bien quels sacrifices il demandait à Carmen. Et le pire était encore à venir…

    "Il faut aussi que je te dise que cela anéantira toutes tes chances d’être mère un jour…"

    Maintenant, il pensait bien avoir dit l’essentiel. Il détacha la tête de la Londonienne de son épaule, regarda ce visage, puis se pencha vers sa bouche où il se laissa aller à déposer, toujours tout doucement, un léger baiser. Faut-il le dire, Eleazar craignait parfois de ne pouvoir se contrôler. Mais ici, c’était différent. Chacun de ses gestes était doux et léger. Par peur d’abîmer la jeune humaine qui bénéficiait de toute son attention.

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeDim 19 Avr - 23:17

    Blottie contre son adoré, Carmen n'avait pas peur. Non, la jeune femme n'avait qu'une seule et unique crainte: celle de perdre l'être d'exception auquel elle s'était attachée. Une vie sans lui devenait tout simplement impossible à concevoir, quelque soit le type de personne qu'il puisse être. Elle se sentait liée à lui comme s'il faisait parti d'une partie de son âme, comme si tous deux étaient les deux moitiés d'une seule et même personne. Eleazar était devenu en très peu de temps l'être qui la faisait respirer. Et là, les bras noués autour de son cou, cette sensation devint plus forte car la londonienne si sentait bien malgré l'aspect dramatique de la scène qu'ils jouaient tous deux.

    L'espagnol lui rendit son étreinte, et alors que le froid aurait dû la faire frissonner de plus belle, Carmen se sentit apaiser. La tendresse qu'il mit dans ses bras était d'une douceur extrême. Elle sentit qu'il respirait son odeur comme pour mémoriser chaque instant de ce premier contact. Il murmura son nom, et elle le sentit souagé. Il la désirait véritablement alors... Ce n'était pas qu'un simple rapport entre une proie et son prédateur, non... Il s'agissait de sentiments forts entre deux êtres que tout opposaient. Est-ce que cela représenterait leur force? Leur faiblesse?

    Le... vampire ressera légèrement son étreinte autour des épaules de la londonienne. Même s'il devait se féliciter de ce choix, Eleazar estimait qu'elle devait prendre le temps de la réflexion, cette décision ne devait pas être prise en l'espace de quelques minutes à cause de révélations qui n'avaient pas encore révélé tous leurs sens. Et il voulait que Carmen ait toutes les clés en main pour décider du chemin qu'elle devait suivre. Il était civilisé, et ne provoquerait pas le changement de sa condition humaine sans lui avoir révélé les vérités de son monde.

    Qu'est-ce que cela impliquerait-il? Carmen sentit la main de son bien-aimé caresser sa nuque, elle resta blottie dans ses bras profitant de ses précieux instants alors qu'il lui expliquait ce qui s'en suivrait. La transformation était un moment difficile, douloureux qu'elle subirait pendant plusieurs jours. Tel était le prix pour se voir accorder l'immortalité... Tel était le prix pour demeurer à ses côtés... Alors soit. Et à son réveil, le jeune femme serait prise d'une soif quasi-insurmontable, l'une de ses soifs qu'il faudra apaiser mais surtout apprendre à contrôler. Il s'agissait de vampires... Ils se nourrissaient de sang humain, alors elle devrait sûrement travailler plus que tout cet aspect de sa nouvelle vie.

    Eleazar embrassa sa chevelure parfumée. Que pouvait-il bien penser de tout cela? Etait-il soulagé qu'elle le rejoigne dans sa non-vie? Ou avait-il peur de ce qui suivrait? Se sentait-il coupable de ressentir un tel soulagement quant à son choix? Ne craignait-il pas qu'elle lui en veuille plus tard de lui avoir ôté son humanité? Alors il lui annonça que cette condition empêcherait une chose encore plus importante que tout le reste. Quelque chose que chaque femme, peu importe son caractère et sa condition, était en droit d'attendre dans sa vie: elle ne pourrait pas avoir d'enfants. Malgré le chox, cette révélation lui parut logique... Après tout... Elle serait morte, figée dans un état, dans l'années de ses vingt-quatre ans...

    Le vampire repoussa la tête de Carmen pour la regarder. Carmen ne tremblait plus. Elle savait ce qu'il y avait à savoir. Il avait été parfaitement honnête avec elle.

    Puis Eleazar s'approcha de son visage, se penchant sur les lèvres de la londonienne. Carmen ferma mais les yeux et se laissa honteusement faire. Le contact glacial de la bouche d'Eleazar était plus exaltant encore que tout ce qu'elle avait escompté. Pourtant ce baiser était léger, doux, il n'avait aucune fureur, juste de la délicatesse. Le coeur de Carmen s'emballa tandis qu'il s'éloignait avant même qu'elle ne réagisse.
    Rouvrant les yeux, elle dit d'une voix basse:


    - Je me moque de tout ça... Je paierai le prix qu'il faudra pour être à tes côtés... Elle inspira profondément. Nous allons juste attendre ton retour... Je ne veux pas que ma disparition soit liée à la tienne...

    Ce serait catastrophique... Non, il devrait revenir la chercher discrètement, sans qu'on ne le remarque... Et elle, partir d'un coup... Au risque de blesser son entourage... Rapidement et discrètement...

    Assurée du bien fondé de leur projet, la jeune femme se pencha à son tour sur les lèvres de son bien-aimé, et emprisonnant son cou dans ses mains, elle l'embrassa avec moins de retenue qu'il n'en n'eut.

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeLun 20 Avr - 22:13

    Attendre un peu… Etrangement, il s’était plutôt attendu à une réponse plus impulsive. Il fallait croire qu’après tout ce temps passé ensemble, elle le surprendrait toujours. Une bonne chose, en soi.
    Eleazar eut juste le temps de répondre à la jeune femme par un sourire et, sitôt après, elle se jeta presque sur lui, les bras entourant son cou, la bouche bâillonnant la sienne d’une façon, cette fois, très instinctive et sincère… la voilà, l’impulsivité. Ce chaleureux contact provoque en Denali un effet immédiat : il se sentit aussitôt envahi de tout un tas de sensations plus disparates les unes que les autres. Pour commencer, ce fut une envie folle d’enfreindre les règles qu’il s’était lui-même imposées : durant deux ou trois secondes, l’Espagnol voulut la mordre. Puis, en réponse directe à ce désir dément, la règle d’or – qui donnait cette même couleur à ses yeux – se fit entendre en son for intérieur : toute sa vie était désormais axée sur le respect de la vie humaine, pour cela il ne pouvait certainement pas succomber à la tentation et voler la vie de miss Hamilton. Jusque là, deux idées purement et typiquement vampiriques, mais il ne fallait guère oublier le reste. Effectivement, le contact physique de l’étreinte, lié à celui des deux paires de lèvres, éveillait d’autres choses en lui, des envies et des désirs beaucoup plus « humains » si l’on peut dire.

    Voilà où ils en étaient, alors. Lui réprimant des pulsions et elle l’embrassant sans retenue, presque à perdre haleine. Eleazar la serrait toujours contre lui, avec plus de tendresse qu’il n’en avait donnée au fil des siècles qu’il avait traversés. Faut-il le dire, s’il n’avait pas tant la crainte de causer sans le vouloir la perte de Carmen, il aurait volontiers fait bien plus que la garder ainsi contre lui, mais le vampire prit tout de même la liberté – et le risque – de laisser doucement glisser la main dans le dos de la belle, jusqu’au cœur des reins, ce petit creux au-dessus de la croupe, lieu que l’Espagnol se mot à caresser très légèrement tout en rendant son baiser à la Londonienne.

    Combien de temps cela dura-t-il ? C’est une bonne question. Le garde des Volturi n’essaya pas d’estimer le laps de temps écoulé. Cela n’avait plus d’importance, seules comptaient Carmen et la sensation de sa chaleur contre lui. Tout le reste aurait pu disparaître, Eleazar ne l’aurait sans doute pas remarqué, pas immédiatement, du moins.
    Mais demeurer collés ainsi l’un à l’autre n’était certainement pas la meilleure solution à leur situation. Ce qu’il fallait faire, c’était réfléchir, décider, puis agir. Et dans cet ordre-là. Dès lors, Denali mit finalement un terme à ce baiser, mais il ne desserra pas son étreinte pour autant.


    "J’aimerais pouvoir t’aider à te préparer, Carmen… "

    Eleazar ne savait pas quand il pourrait revenir à Londres. Actuellement, il savait surtout qu’il allait devoir retourner en Italie, rejoindre les Volturi et recommencer à vivre entouré de vampires où il serait le seul « végétarien ». Le temps allait passer lentement sans la fille du colonel anglais, c’était une certitude. Heureusement, Carlisle serait sans doute là pour recueillir le récit de Denali, ses impressions, ses craintes, ses projets, etc. Et dans un tel cas, une épaule amie était la bienvenue, ne fût-ce que pour écouter et émettre un avis. Car, il faut bien dire ce qui est, tout cela soulevait bien des questions dans l’esprit de l’Espagnol…
    Comment allait-il faire pour ne pas tuer miss Hamilton, pour lui laisser assez de fluide vital pour que sa transformation puisse se passer au mieux ? Comment ne pas la tuer ? N’était-ce pas égoïste de demander à une jeune femme si intelligente et si pleine de vie d’abandonner les siens pour une éternité en sa compagnie ?
    Il pensait avoir parlé de tout ce que ce choix impliquait, mais tenait vraiment à ce que la décision appartienne à Carmen de choisir, vraiment, en ayant mûrement pesé le pour et le contre, ce qu’elle désirait. Et même si après ses réflexions, il advenait que miss Hamilton se soit fait une idée toute autre, qu’elle ait changé d’avis ou qu’elle ne se sente pas prête, il accepterait son choix. Car jamais, au grand jamais, Eleazar ne voulait la pousser à prendre une décision irrévocable, de celles qui demandaient un temps de préparation réfléchi et mûri… Au final, ce qu’il lui proposait, ou plutôt, ce qu’il lui demandait, c’était un engagement éternel, comme un mariage sans limites… Mais ce cheminement spirituel, elle seule pouvait le mener à son terme et de préférence sans un vampire dans les pattes.

    Quand il se détacha d’elle à cet instant, Denali avait l’air triste de ceux que le devoir oblige à rompre un instant magique.


    "Je t’écrirai. C’est promis."

    Il avait l’impression de partir comme un voleur, mais il le fallait. Pour l’équilibre psychologique et sentimental de Carmen, pour le sien aussi…

    ***
    Deux mois plus tard…
    ***


    Quatre mois s’étaient écoulés depuis qu’Eleazar avait fait la connaissance de Carmen Hamilton. Les deux premiers mois avaient été une véritable succession de petits bonheurs et de petits plaisirs qui avaient poussé un sentiment à se développer, comme une graine semée dans une bonne terre promettant les meilleurs fruits.

    Les deux mois suivants, après une soirée d’adieux qui demeurait gravée dans sa mémoire, le vampire était rentré à Volterra. Il avait eu l’occasion de discuter beaucoup avec son ami Carlisle et jamais il n’avait évoqué personne d’autre que la fameuse Carmen Hamilton. Cullen avait d’ailleurs un jour demandé à quel moment il comptait la lui présenter et, comme un collégien amoureux, Denali avait haussé les épaules en marmonnant dans ses dents. Chez les Volturi, c’était différent. Certes, il était clair que quelque chose avait changé dans le comportement de l’Espagnol, mais même Aro n’avait pas eu la lâcheté de fouiller son crâne pour savoir ce qu’il en était.

    Durant deux mois, Eleazar avait envoyé deux lettres chaque semaine à la dame de ses pensées – cela lui avait fait penser à un célèbre roman épistolaire français, mais il ne s’identifiait à aucun des personnages : Valmont aurait été le plus proche de sa situation s’il n’avait pas eu cette attitude libertine dont se défendait Denali – et il y mettait tant de lui-même qu’il avait l’impression d’être mis à nu. Dans ses lettres, il lui disait surtout tout ce qu’il ressentait pour elle, lui parlait de ce qu’il envisageait pour un avenir ensemble et évoquait aussi des pistes de réflexion destinées à consolider l’assise du choix que ferait Carmen. Sans doute aussi dut-elle lire à travers les lignes que le vampire n’était pas toujours aussi aimable que ce qu’il était avec elle, mais mieux valait qu’elle le sache avait de prendre une décision.

    Puis était venue la dernière lettre. Une missive où seuls trois mots étaient inscrits : « J’arrive demain ». Celle-là n’avait pas été postée d’Italie, mais d’Angleterre. Et Eleazar avait tenu à la prévenir avant de surgir à nouveau dans sa vie de manière concrète.
    Il rejoignit Londres avant l’aube et, pour préserver au maximum sa propre intégrité corporelle, sentimentale et psychologique, il était allé jusque chez sa douce, avait grimpé jusqu’à sa fenêtre où il avait glissé un petit mot, fixant rendez-vous à miss Hamilton le soir même, vers vingt heures, à l’endroit « habituel ». Il n’avait pu s’empêcher de la regarder dormir durant un certain temps, puis, sentant que le soleil allait surgir d’un moment à l’autre, il était redescendu et avait trouvé un hôtel où attendre, avec impatience, le soir de la vérité.

    L’Espagnol avait tourné en rond toute la journée dans sa chambre, il avait lu, il avait regardé par la fenêtre, il avait écrit… et quand enfin dix-neuf heures trente avaient sonné, il avait revêtu des vêtements légers et sombres, puis avait gagné le bord de la Tamise. Il s’assit sur LE banc, celui où il avait tout expliqué, tout dévoilé à Carmen, et attendit qu’elle vienne à son tour…

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeMer 22 Avr - 1:15

    Le temps passe. Il y a des moments où il est d’une rapidité fulgurante, où tout file à une allure folle sans que l’on se rende compte que tout nous échappe. A d’autres moments, il est d’une lenteur abominable tel que l’on voit chaque instant défiler, tel que chaque seconde devient une véritable torture. Ces quatre derniers mois, Carmen Hamilton avait pu subir ces deux aspects du temps.
    Les deux premiers avaient filaient à une vitesse folle, le temps d’un battement de cœur semblait-il. Les deux derniers avaient, eux, étaient un véritable calvaire. L’absence, l’attente, le vide… Tout était devenu insipide, plus rien n’avait de saveur, pas même les pièces de Shakespeare. Les seuls instants de bonheur que la jeune femme avait vécu, c’était quand elle avait reçu ses lettres. Uniques moments de soleil dans ces deux mois d’existence.

    Pourtant, la jeune femme avait eu de quoi s’occuper : il lui fallait préparer son départ, moralement parlant s’entend. Car ce qu’elle attendait, c’était qu’Eleazar revienne enfin de son séjour en Italie pour l’emmener. L’emmener pour une vie d’éternité. Durant les deux mois qui venaient de s’écouler, il lui écrivait donc plusieurs missives qui avaient pour but, d’abord d’assurer la londonienne de son amour, mais surtout de la préparer à tout ce qui l’attendait une fois transformée en vampire. Ainsi Carmen Hamilton savait tout (ou presque) de la vie que menait son bien-aimé et ses semblables. Elle était prévenue que la transformation serait une épreuve douloureuse, qui la brûlerait pendant de longues heures. La jeune femme s’attendait déjà à ce que la soif la rende agressive, surtout dans sa première année… Le temps d’apprendre à se contrôler…

    Le temps…

    Comme il lui durait depuis qu’Eleazar avait repris le bateau pour Voltera… Qu’importait ce qu’elle allait endurer par la suite, rien ne pouvait être pire que le sentiment de vide qui s’était emparé d’elle depuis ce jour. Chaque semaine, elle attendait la lettre qui lui annoncerait son retour. L’impatience la gagnait et elle ne savait pas comment agir avec ses proches. Loin de s’être murée dans l’attente, Carmen avait néanmoins pris quelques distances, en particulier par rapport à sa mère. Un sentiment de culpabilité l’envahissait souvent : elle partait avec l’homme que sa mère avait aimé… Comment celle-ci aurait-elle réagi si Carmen lui avait dit la vérité ? Quelle serait sa réaction quand sa fille disparaîtrait… ?
    Mais Carmen ne pouvait plus la regarder en face… Elle paraissait triste devant tous ceux qui tentaient de lui parler. Sa disparition prendrait alors des allures de fuite volontaire. Ou pire.

    Mais l’attente arrivait à son terme. Ce matin d’octobre, une nouvelle missive arriva au manoir Hamilton pour la jeune Carmen. Plus légère que les autres qui lui parvenaient habituellement.
    « J’arrive demain. »
    Enfin… La comédie durait depuis assez longtemps. Ce serait douloureux, mais il fallait en finir. Cette journée fut insupportable, longue et pesante. Carmen se forçait à sourire mais ne pensait qu’au lendemain, qu’à ses retrouvailles avec Eleazar. Il lui tardait de commencer sa nouvelle existence. Arriva enfin le soir, où elle eut dû mal à trouver le sommeil mais finalement, ce serait la dernière nuit où Morphée pourrait l’amadouer alors… Ses yeux se fermèrent.

    Au matin, Carmen Hamilton se réveilla, nerveuse. Elle se demanda si Eleazar avait pu arriver à temps, s’il n’avait pas été retardé. Mais en se levant, la jeune femme trouva un petit mot sur le rebord de sa fenêtre. Toute heureuse, elle se précipita dessus et le lut avec hâte. C’était bien pour le soir même. Là où tout avait commencé. Là où tout recommencerait. La journée fut pire que la veille, surtout lorsqu’elle étreignit sa mère pour la dernière fois vers quinze heures, avant que Morgane ne sorte avec son époux pour se rendre à la Cour. Ce dernier contact humain lui arracha quelques larmes pendant près d’une heure. Mais la décision était prise.

    Quand la pendule du salon sonna les dix-neuf heures trente, Carmen se releva de sa lecture inutile (elle avait lut et relut le même paragraphe depuis des heures) et alla arranger sa tenue avant de partir. Elle mourrait peut-être ce soir, mais elle revoyait Eleazar, ce qui signifiait qu’elle n’avait pas à négliger sa toilette, qu’elle avait choisie discrète pour l’occasion (pas la peine d’attirer les regards ce soir au cas où il y aurait des passants). La londonienne se vêtit d’un châle de couleur brune qu’elle passa autour de ses épaules, signala aux domestiques qu’elle sortait, et fit ses adieux à son foyer d’un simple regard.

    Le cœur battant à tout rompre, Carmen avançait vers son destin. Direction la Tamise.
    Elle y arriva rapidement, et fur soulagée de constater qu’il l’attendait déjà, assis sur leur banc. Lui revint en mémoire ce soir où il lui avait tout avoué, où elle l’avait vu faire des choses extraordinaires, où elle lui avait offert sa vie. Plus résolue que jamais, sachant très bien qu’il l’entendrait, Carmen sourit et avança d’un pas décidé vers son adoré. Et s’arrêtant à deux pas derrière lui :


    - Eleazar…

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeSam 25 Avr - 20:29

    Il ne fallut pas attendre bien longtemps sur ce banc. Avant même l’heure du rendez-vous, voilà que se fit sentir le délicat parfum de la douce humaine à qui Eleazar avait tant écrit durant les dernières semaines. Après l’odeur, ce fut les battements du cœur de miss Hamilton que perçut le vampire. Il entendait aussi le bruit de ses pas, des pas fermes et décidés, martelant le sol. Toujours assis, Denali ne bougea que lorsque, arrêtée derrière lui, la Londonienne murmura son prénom. Alors, il se leva et se trouva juste en face d’elle en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire. Et une fraction de seconde plus tard, il la serrait contre lui comme s’il ne l’avait plus vue depuis des siècles. Sans dire un mot, il l’embrassa, toujours avec ces précautions qu’il avait déjà prises auparavant.

    "Carmen…"

    La voix de velours de l’Espagnol s’était muée en un murmure doux et soulagé, dans lequel perçaient tant l’impatience que l’apaisement. Car si elle était venue ce soir, c’était pour mettre un terme à un tas de doutes et de questions qui avaient assailli le garde des Volturi durant les deux mois qui avaient précédé ces retrouvailles.
    En l’étreignant comme ça contre lui, Eleazar ressentait comme une guérison prendre possession de lui. Et c’était bien ce dont il s’agissait.

    Elle lui avait manqué. Il avait passé en revue, chaque jour, tous les instants qu’il avait passés avec elle ici, à Londres, et s’en était remémoré les moindres détails, s’attardant souvent sur son parfum et sur les discussions artistiques qu’ils avaient tous deux échangées. Oui, elle lui avait manqué, mais c’était bien peu dire. Il avait eu l’impression que tout s’étirait en longueur. Son attitude à Volterra avait soulevé des interrogations, il avait le plus souvent possible éludé tout cela et avait finalement demandé à repartir quelque temps pour « faire un peu le point ». Aro, Caius et Marcus n’avaient pas trouvé à redire à cette demande toute légitime. Il fallait croire qu’ils espéraient bien récupérer le Denali d’avant, celui qui avait une conscience professionnelle bien plus marquée qu’à l’heure actuelle…

    L’occasion avait été trop belle et Eleazar avait sauté dans le premier bateau en partance pour l’Angleterre. Il avait, bien sûr, prévenu Carlisle juste avant son départ et sur le navire, le vampire s’était cloîtré dans sa cabine pour ne pas être trop souvent sur le pont, à regarder l’horizon, à entendre les marins chuchoter ou les autres passagers le dévisager, lui, un homme qui semblait déjà bien mûr et qui portait sur ses traits la trace typique de l’homme amoureux.

    Le moment de l’étreinte prit fin lorsqu’il caressa la joue de la jeune femme, du bout de l’index, avec sur les lèvres un sourire qu’il n’avait pas eu depuis quelque temps. Elle était tellement plus belle que dans son souvenir ! Denali avait l’impression que sa mémoire n’avait pas bien fait son boulot tant l’image qu’il avait gardée de Carmen était un pâle reflet de la réalité !


    "Comment te sens-tu ?"

    Pour lui, les deux mois qui venaient de s’écouler avaient été l’époque la plus solitaire de sa vie, c’est du moins ainsi qu’il percevait cela. Toutefois, il la revoyait aussi comme la plus lumineuse, comme si un éclair d’une brillance extraordinaire s’était arrêté à sa fenêtre pour embraser intérieurement et extérieurement son destin.
    Une rencontre formidable l’avait sorti des ténèbres étouffantes où Eleazar avait entamé son éternité. Et cette rencontre formidable semblait suffisamment attachée à lui pour avoir répondu présente au rendez-vous de ce soir près de ce fleuve qui petit à petit était devenu bien important dans l’existence du vampire espagnol.

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeMar 28 Avr - 18:47

[HJ= Sorry, c'est un peu court, mais je voulais à tout prix répondre aujourd'hui^^]

    Le sourire aux lèvres, le coeur battant, Carmen vit l'objet de ses désirs se lever et lui faire face. Elle n'eut pas le temps de le regarder qu'Eleazar l'avait déjà prise dans ses bras, la serrant dans une étreinte passionnée. Soulagée de le retrouver enfin, la londonienne enlaça la taille du vampire, les yeux clos, alors qu'il la bâillonnait d'un baiser. Le coeur de la jeune femme s'emballa de plus belle. Certes, ce baiser était retenu, mais il était symbole du retour d'Eleazar. Rouvrant les yeux quand le baiser s'acheva, Carmen vit les lèvres de l'espagnol s'ouvrir légèrement pour prononcer son nom.

    A ce moment, la jeune femme prit conscience que sa mémoire lui avait fait cruellement défaut, qu'elle n'avait pas réussi à rendre hommage à la magnificence qui se dégageait d'Eleazar. Sa voix elle-même se faisait plus veloutée, son ténor plus chantant que dans ses souvenirs. Les anciens frissons la gagnèrent de nouveau, pour son plus grand plaisir. Il était de retour, il revenait la chercher. Jamais Carmen n'avait douté du retour de son adoré, du moins, jamais elle ne lui avait avoué, terrifiée à l'idée que son voyage en Italie lui fasse oublier ses promesses.

    Carmen regarda longuement le vampire, observant le moindre de ses traits, essayant de graver le profondeur de ses yeux dorés dans sa mémoire. Ses rares instants, il lui avait expliquée, ne seraient que de faibles souvenirs lorsque elle-même deviendrait une immortelle. Alors elle souhaitait en profiter le plus possible. Dans un sourire, elle se remémora le jour où ils s'étaient rencontrés. Comme il lui avait manqué... Comme il était agréable de l'avoir enfin près d'elle.

    Eleazar caressa alors de l'index la joue de la londonienne, dans un sourire qui eut le don de faire bondir à nouveau son coeur. Ce détail était devenu très embarrassant pour elle lorsqu'elle avait appris qu'il entendait ses battements.
    Leur étreinte achevée, Eleazar demanda à Carmen si elle se sentait bien. Carmen eut un rire légèrement moqueur. S'inquiétait-il de sa santé ou lui demandait-il si elle se sentait prête? Car telle était sa question récurrente depuis deux mois Il n'avait eu de cesse de l'interroger sur se certitude à devenir immortelle.



    - Heureuse que tu sois enfin là... Un léger silence, puis elle sourit. Et prête si c'est cela que tu me demandes...

    Oui, elle était prête, elle savait ce qu'elle allait affronter: la soif, les ténèbres, le changement... Mais aussi l'amour éternel, ce point était loin d'être négligeable.

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeJeu 30 Avr - 0:13

    Ainsi, c'était comme cela que devaient se passer les retrouvailles... étreinte, baiser, étude des traits, caresses légères et discrètes et prise de parole. Oui, c'était dans l'ordre des choses, sans doute. Eleazar prenait certes bien du plaisir à regarder sa douce, après avoir été éloigné d'elle durant tant de jours et de nuits. Vraiment, ça lui faisait un bien fou de la revoir, d'entendre à nouveau sa voix, de respirer cette odeur qu'il aurait reconnue entre mille, voire plus...

    S'il existait un paradis quelque part, c'était là qu'il était : au bord de la Tamise, tout contre Carmen Hamilton.

    Lorsqu'il lui avait demandé comment elle se sentait, Denali avait surtout en tête la question du moral de la jeune femme. Sa réponse lui parut donc amplement satisfaisante et il sourit à la jeune humaine.


    "Pour moi aussi c'est un vrai bonheur de te retrouver. J'ai cru que j'allais devenir fou sans toi."

    Trop de doutes, de questions sans réponses et de pensées en tous genres l'avaient assiégé. Aussi, ce soir était une délivrance, même si...

    Le vampire n'avait jamais transformé personne. Tous les humains vers qui il s'était penché lui avaient servi de repas, purement et simplement. Mais il devinait bien qu'il ne servait à rien de rester dans un lieu trop peuplé si l'on voulait éviter les carnages d'un nouveau-né quasiment incontrôlable. Et pourtant, il était bien difficile d'imaginer Carmen dans la peau d'un nouveau-né ainsi décrit...


    "Je ne te ferais pas l'affront de te demander si tu es sûre de toi et si tu as pris toutes les dispositions qu'il fallait.
    J'ai réfléchi beaucoup à la manière dont il fallait agir, Carmen. La première chose à faire, c'est de ne pas rester trop près des grandes villes."


    Il lui prit la main, comme l'autre soir, et se pencha vers son oreille :

    "Je prendrais soin de toi comme il faut, je te veillerais durant le temps de ta transformation, je te soutiendrais."

    Bon sang ! quiconque le connaissant l'aurait entendu dire cela l'aurait cru complètement ravagé du ciboulot. Depuis quand Eleazar Denali était-il prévoyant et attentionné? La réponse était juste devant lui, évidemment...

    "Dès que la nuit sera assez noire, nous allons dans un petit village à une centaine de kilomètres d'ici. Ce sera mieux pour tout le monde..."

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Carmen Denali

Carmen Denali

Féminin Nombre de messages : 165
Age : 31
Localisation : Dans les bras d'un certain Denali
Humeur : D'un calme olympien
Date d'inscription : 12/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: Aucun don particulier, mais fait preuve d'excellence lorsqu'il s'agit de comprendre les autres.
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeVen 8 Mai - 15:53

    Comme il lui avait manqué. Le retrouver dans cet endroit où tous deux avaient vécu des instants si particuliers, rendait Carmen plus heureuse qu'elle ne l'avait été ces deux derniers mois. Le manque, l'absence, le vide, le néant. C'était ce qui avait peuplé ses jours et ses nuits dans l'attente du moment où il lui reviendrait enfin. Carmen avait le sentiment ne n'être plus que la moitié d'elle-même depuis qu'Eleazar était parti.
    Mais c'en était fini de l'attente, arrivait l'éternité.

    Blottie dans les bras de cet être si cher, Carmen Hamilton se sentait enfin libérée. Pleine et entière. La peur n'y existait pas, ni les doutes.

    Rien ne pouvait décrire cette sensation de bonheur qui s'étendait en elle. Qui aurait pu comprendre comment il était possible de se sentir heureuse au bras d'un vampire? Peu de gens, bien peu... Mais ce tumulte, Carmen ne l'aurait échangé pour rien au monde. Qu'est ce qui valait le velours de sa voix? Contre quoi échanger la passion de ses étreintes? Qui aurait pu mettre autant de douceur dans ses baisers? Non, tout cela valait de l'or aux yeux de la londonienne. C'était son trésor, à elle. Son cadeau du ciel, quoiqu'en dise l'espagnol.

    La jeune femme savait ce qu'impliquait sa transformation, pour elle d'abord, mais pour lui essentiellement. Jamais Eleazar n'avait transformé d'humain, il s'en était toujours nourri sans laisser au venin le temps d'agir. Il lui avait expliqué que le goût du sang humain rendait le vampire presque incontrôlable, qu'il y avait des risques... Mais Carmen les avait évalués et sa confiance envers le garde Volturi était illimitée.

    La londonienne savait qu'Eleazar craignait qu'elle ne change d'avis ou que sa disparition ne fasse quelque bruit dans la capitale britannique. Mais tout cela ne devait-il pas être le cadet de leurs soucis puisqu'à présent, ils étaient ensemble. Ne comptait désormais que leur avenir...
    L'assurance de Carmen, sa certitude et sa lutte pour le rassurer n'empêchèrent pas le vampire de réitérer la clause des précautions à prendre. Rester éloignés des villes, quitter Londres à la nuit noire... Discrétion et sûreté.

    Carmen acquiesça avec un léger sourire alors qu'Eleazar prenait sa main, dans un geste déjà connu du couple. Se penchant vers la demoiselle, son souffle glacé vint chatouiller son oreille pour une promesse.
    Mais elle ne doutait pas qu'il serait là... Elle avait simplement hâte désormais... Non pas hâte de souffrir, loin de là, si cet épisode pour être occulté, tout serait parfait! Mais hâte de lui appartenir pour l'éternité, hâte d'avoir ce lien particulier avec lui.


    - Nous ferons comme tu voudras... C'est toi le maître des opérations après tout! Je te fais confiance...

    Carmen leva son visage vers le vampire et déposé délicatement un baiser sur ses lèvres.

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3bis For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3ter For ever and ever...Amen [For my lover and I] Carmen3cin
Someone told me
Love could save us
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thelamb.forumtwilight.com
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
Eleazar Denali

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 33
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitimeDim 10 Mai - 12:01

    Parfois, les humains peuvent paraître étranges. Leur manière de réfléchir et d’agir n’était pas toujours facile à comprendre, mais le plus souvent, il n’y avait rien de très rationnel dans leur comportement. Eleazar était lui-même parfois encore comme cela… peut-être plus souvent que parfois, d’ailleurs, mais il en avait conscience. Il savait très bien, par exemple, qu’il n’y avait rien de rationnel dans le fait pour lui d’avoir changé d’alimentation… bien sûr, il y avait le côté éthique, respectueux, etc. mais à la base, ça avait découlé d’un défi… Et était-ce bien rationnel de tomber amoureux d’une humaine alors qu’il y avait des tas de vampires de sexe féminin un peu partout ? n’était-ce pas jouer à l’enfant gâté ? peut-être que si… mais Denali s’en fichait. Carmen dépassait sa raison et quoi qu’on pût lui dire, le vampire avait depuis longtemps arrêté d’essayer de se battre contre une partie de lui-même.

    Carmen… c’était elle qui le rendait si différent. Il s’était pris les pieds dans son parfum, dans son caractère et dans sa beauté pour finalement être envoûté comme par le plus abouti des sortilèges. Et ce n’était pas la peine de résister, c’était plus fort que lui, cette espèce d’envoûtement. Sorcière ou pas, de toute façon, Eleazar s’en fichait un peu, du moment qu’il pouvait continuer à l’aimer, ça lui convenait parfaitement.

    En lui prenant la main, comme ça lui était arrivé à plus d’une reprise, il savourait toujours cette chaleur sourde qui envahissait sa paume et ses doigts. Il savourait de la même manière cette même sensation sur ses lèvres et tout ce qui venait de miss Hamilton.
    Jamais il ne sentait aucune réticence venant de cette douce humaine. Elle avait confiance en lui… lui qui ne pouvait même pas affirmer à cent pour cent que la transformation se passerait bien et qu’il allait faire de cette charmante Londonienne une vampire qu’il essaierait de combler durant l’éternité.
    Il avait pris un maximum de renseignements sur le sujet. Le plus difficile allait être de s’arrêter à temps, de laisser assez de sang dans l’enveloppe charnelle pour que la jeune femme ne meure pas. Il fallait aussi que le venin ait l’occasion de s’infiltrer dans la moindre parcelle du corps de Carmen – comble de l’ironie, le venin d’Eleazar découvrirait certainement bien des trésors avant lui ! – et pour cela, l’aorte était une bonne assise.

    Comme la fille du colonel lui faisait sa « profession de foi » et l’embrassait légèrement, lui, il la serra un peu plus contre lui. C’était peut-être bien une des dernières fois qu’il enlaçait une Carmen humaine. Le garde des Volturi sourit à sa compagne.


    "Mademoiselle a-t-elle beaucoup de bagages à emporter ?"

    La nuit n’allait pas tarder à tomber. Il n’avait pas l’intention de porter la moindre valise, pour éviter de laisser la moindre preuve de leur passage où que ce soit, la question était purement rhétorique… et c’était aussi un moyen de lui éviter de dire à Carmen qu’il l’aimait. Bien sûr, il brûlait d’envie de le lui dire et répéter, mais il avait beaucoup de difficulté à se sortir ces trois petits mots de la gorge.

    "Je te porterai pour aller plus vite."

    Et il chercherait un animal carnivore pour boire suffisamment de sang avant de passer à l’acte le plus important de sa vie éternelle.
    En attendant, il sortit discrètement de sa poche une petite bague d’argent finement ciselée où était sertie une pierre polie d’un ocre brillant.

    Il avait semblé au vampire qu’un tel engagement ne se prenait pas à la légère. Les humains utilisant toujours des symboles pour signifier leur union, il avait acheté un anneau de fiançailles chez un orfèvre italien avant de revenir en Angleterre.

    Sans lâcher la main de Carmen, toujours dans la sienne, il recula d’un pas et glissa la bague à son annulaire, doucement, avant de retirer sa main en un geste caressant, aussi lentement que possible pour garder encore un moment cette sensation en lui. Il ne releva pas tout de suite les yeux vers le visage de sa belle. Eleazar n’était pas assez fin psychologue pour pouvoir anticiper le genre de réactions que pouvait avoir une femme dans un moment pareil et il préférait que ladite réaction ne lui vienne pas trop vite dans la figure.

_________________
For ever and ever...Amen [For my lover and I] Denali10

For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon1 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon2 For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon3
Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org
Contenu sponsorisé




For ever and ever...Amen [For my lover and I] Empty
MessageSujet: Re: For ever and ever...Amen [For my lover and I]   For ever and ever...Amen [For my lover and I] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
For ever and ever...Amen [For my lover and I]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Futuristic Lover v1.1
» 2PM - Ultra Lover
» [ROM|17/05|ITA/WWE|6.5.5|23554]DIAMOND LOVER's 3.08|HTCSense2.5.2012/Titanium/Lite
» [DEAD] Scalado Camera Lover Pack
» in nomine patris, fillis, .... Airbus, Amen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Twilight :: •Around the World and Other Time• :: Flash Back-
Sauter vers: