°°°
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Même les oiseaux puent (libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
avatar

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 32
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

MessageSujet: Même les oiseaux puent (libre)   Lun 9 Fév - 1:27

(HJ : pas d'inspi pour un titre accrocheur lol)

    La nature est régie par des lois. La vie est régie par des lois. Le monde est régi par des lois. L'univers est régi par des lois... Et on pourrait continuer l'énumération encore longtemps. Ce qui est intéressant, c'est de constater que tout le monde n'est pas concerné de la même manière par les lois.
    Les gens sont de véritables moutons, obéissant à un texte écrit, même s'il n'est pas même attesté de sa véracité... Ce dont a besoin l'humain, c'est d'être dominé. Mais l'homme préfère ne pas savoir qu'il n'est qu'un jouet, aussi les manipulateurs se doivent de rester dans l'ombre...

    Est-ce une réminiscence de tout cela qui avait poussé Eleazar à, dans un premier temps, vivre en totale opposition avec toute forme d'autorité? Il lui avait fallu un certain temps et même un temps certain pour s'assagir... Puis il avait été garde chez les Volturi. Là, c'était une sorte d'école à ses yeux. Outre la chance de côtoyer la famille la plus noble et la plus royale de vampires qui soit, Denali avait beaucoup appris, non seulement sur les vampires en général, mais surtout sur lui-même...

    Mais au fond, c'était la rencontre avec Carlisle Cullen et l'amitié qui en était née qui avait le plus changé le vampire espagnol. Il s'agissait d'un tournant décisif dans sa vie de vampire et de l'avènement d'une ère nouvelle dans son existence et dans son mode de vie. Il avait, certes, fallu du temps pour se faire à l'idée, puis pour se plier aux règles, avec un petit extra de temps à autres, mais finalement, c'était en suivant cette idéologie nouvelle qu'Eleazar avait pu devenir ce qu'il était devenu. Et c'était peut-être bien ce qui renforçait chaque fois l'amitié de Denali pour le patriarche Cullen.

    Lui aussi avait rassemblé d'autres vampires autour de lui. Carmen, la belle et délicate, la subtile et intelligente... la divine, en un mot, l'impératrice régnant sur le coeur d'Eleazar... Puis il y avait les trois filles, dont Tanya était la plus écervelée, mais au fond, cela faisait partie de son charme. Denali était fier de son clan. Il aimait sa "famille" et était prêt à beaucoup pour elle.
    Plusieurs fois, il avait dû intervenir pour éviter à Tanya de faire des bêtises dans ses premières années, elle avait une très nette tendance à s'amuser avec les corps des humains mâles avant de leur faire leur fête, comme elle se plaisait à le dire à l'époque, et, bien qu'elle soit foncièrement convaincue que le végétarisme était une bonne chose, c'était plus fort qu'elle, les hommes qui lui plaisaient finissaient dans son lit puis dans son estomac.

    Eleazar songeait à tout cela en chassant le caribou, ce soir. La soirée était fraîche, presque froide, et les bêtes se faisaient discrètes. Denali s'était fortement éloigné de sa demeure pour courser l'un de ces animaux, mais la neige s'était doucement mise à tomber et le vampire avait dû ralentir un peu la cadence pour ne pas effrayer sa proie qui devait sans doute s'être mise à l'abri.

    Au détour d'un rocher, cependant, ce ne fut pas un cervidé qu'aperçut Eleazar...

_________________



Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forumotion.com
Ellen Black

avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 28
Date d'inscription : 08/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Chicago
Habilité personnelle: Peut faire naître un sentiment de colère et de jalousie dans l'esprit de deux ou trois personnes
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Lun 9 Fév - 22:27

    Cette scène l'avait terriblement lassée. Et pourtant, elle était d'une banalité déconcertante. Ses deux petits protégés s'étaient battus pour savoir lequel des deux finirait avec Ellen ce soir-là. Mais une bagarre de nouveaux-nés, c'est affreusement ennuyeux. D'abord il y a les yeux doux pour leur créatrice, ensuite la jalousie, les insultes, la provocation et enfin... une bagarre du feu de dieu. Tout cela pour partager son lit. Cette violente dispute avait éclaté pour la cinquième fois ce mois-ci et Ellen en était mortellement lasse. Elle n'en pouvait plus de cette ville, étoufante et bruyante. La jeune vampire rêvait à de grands espaces calmes pour quelques temps. Seule. Peut être pour mieux revenir d'ailleurs.

    Alors, sous les supplications désinvoltes de ses trois créatures, Ellen avait quitté l'mmense Chicago. Partie seule à la découverte des horizons, des autres vampires qui sait? Il n'avait jamais été établi qu'elle vivait à Chicago; Ellen se sentait libre d'aller où bon lui semblait, mais elle n'avait jamais pris le temps d'aller voir ailleurs. Il était donc temps. Mademoiselle Black avait choisi deux destinations: l'Alaska et l'Europe. Cette dernière pour sa culture réputée (Ellen n'était pas une fada de culture, mais elle estimait que les gens qui s'y intéressaient étaient certainement plus délicieux que la moyenne, pour s'amuser avec eux s'entend), l'Alaska pour ses grandes étendues vides où elle pourrait vivre au grand jour quelques temps avant d'aller s'amuser avec quelques français.

    L'âme (en fait l'esprit, elle n'avait pas d'âme, c'était certain) en peine de quitter ses jouets, Ellen avait donc pris seule la route de l'Alaska. Elle avait pris tout son temps, s'arrêtant à Minneapolis et Seattle pour un peu de bon temps et de restauration. C'est donc l'estomac plein du sang d'un jeune couple apeuré qu'Ellen était arrivée au pays des glaces. Elle marcha longtemps dans la neige et la glace, ne croisant aucun être vivant. Peut-être faisait-elle fuir les animaux, impossible qu'un humain vive ici. Ses yeux étaient éblouis par la blancheur de toute cette neige, Ellen avait rarement eu l'occasion de voir la neige au cours de sa vie et ce spectacle lui donna une bouffée d'air frais.

    Après une longue marche, elle s'assit dans la neige, dos à un rocher. Elle ne craignait évidemment pas le froid étant vampire, mais la sensation de la neige dans ses mains étaient agréables. Elle se mit alors à réfléchir. Pourquoi était-elle donc venue ici? Certes le paysage était magnifique, mais il ne lui était pas essentiel. Qu'est-ce qui avait bien pu l'appeler d'une telle force? L'ennui? La routine de sa vie de vampire cruelle? Non, Ellen ne se lassait pas de torturer les humains. Les hommes principalement, et leurs petites fiancées lorsqu'ils se trouvaient avec elles. Il s'agissait là de la pire des souffrance pour eux.

    Ellen sourit alors à une anecdote à ce sujet. Mais le cours de ses pensées fut interrompu par une silhouette qu'elle aperçut dans sa vision périphérique. Elle n'avait entendu ni sentit venir personne... La femme aux longs cheveux bruns se tourna vivement et lança un regard surpris à un homme... visiblement peu humain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
avatar

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 32
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Mar 10 Fév - 16:52

    La forme humanoïde qui avait attiré le regard d’Eleazar possédait certaines caractéristiques propres à la non humanité, justement. À commencer par cette démarche souple et gracile, qu’aucune humaine n’aurait pu arborer dans un paysage aussi abrupt et enneigé que l’Alaska. L’humanité était gauche, c’était un fait avéré. Or, cette silhouette était adroite. Pas une fois elle n’avait trébuché depuis qu’il l’avait vue.
    Denali s’était arrêté près d’un rocher et avait fixé son regard sur cette silhouette féminine. Qui était-elle ? Que cherchait-elle ? Que venait-elle faire ici ? Tant de questions qui ne demandaient qu’un geste pour recevoir des réponses. Mais la prudence était de mise lorsqu’un vampire étranger profanait le territoire d’un clan. Eleazar observait donc attentivement l’intruse pour savoir à qui il avait affaire.

    Après quelque temps de cette observation méticuleuse, Denali avait son idée. C’était une vampire qui avait un talent indéniable pour semer la zizanie. Là où elle passait trépassaient le calme et la paix.
    Le regard que lui lança la silhouette était facile à comprendre. Elle semblait surprise de ne pas être seule ici.

    L’air détaché, Eleazar se déplaça jusqu’à elle, d’abord pour voir de qui il s’agissait, ensuite pour décider si oui ou non il la laisserait tranquille sur le territoire du clan Denali. L’œil vif et perçant qu’il posa sur elle détailla la vampire de haut en bas. Denali en était à présent sûr et certain, il s’agissait bel et bien d’une vampire.


    "Vous cherchez quelque chose ?"

    Quand on se trouvait face à un ou une vampire inconnu(e), mieux valait jouer la carte de la méfiance et tenter d’en apprendre un maximum avant de prendre une quelconque décision. C’était ainsi que fonctionnait Eleazar. Il tâchait toujours d’emmagasiner le plus possible d’informations pour ensuite tirer les déductions qui s’imposaient. Il comptait apprendre ce qu’il devait savoir de cette vampire. Elle était sur son territoire et, rien que pour cette raison, il considérait qu’il avait certains droits à son égard.

_________________



Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forumotion.com
Ellen Black

avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 28
Date d'inscription : 08/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Chicago
Habilité personnelle: Peut faire naître un sentiment de colère et de jalousie dans l'esprit de deux ou trois personnes
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Mer 11 Fév - 0:03

    La surprise laissa rapidement place à un sourire de contentement. Alors comme ça elle n'était pas seule sur ces terres enneigés? Et bien voilà quelque chose de fort intéressant. Ellen chercha dans sa mémoire si elle avait entendu parler de vampires vivant ici, mais elle s'était tellement coupé du monde, avait tellement limité sa vie immortelle à Chicago, que rien d'autre qu'elle et ses créatures comptaient.

    La brunette se redressa quand il lui parla, et fit face à un beau specimen de son espèce. Il avait une voix on ne peut plus charmante, de celles qui vous restent gravés dans la tête pour un bon moment tant elles étaient chantantes. L'oeil en hameçon, Ellen élargit plus encore son sourire et mit les bras sur ses hanches.


    - Peut être que je cherche seulement un peu de compagnie...

    Son rire cristallin résonna en écho dans le paysage enneigé. Le vampire espérait bien donner le ton de sa personnalité rapidement. Autant savoir tout de suite qu'elle était de celles qui aimaient jouer.

    Elle ne s'était vraiment pas attendu à tomber sur quelqu'un ici. Que diable pouvait bien faire un vampire ici? Elle se posait déjà la question pour elle, alors pour un autre, ça soulevait encore plus de questions. De plus, il avait l'air extrêmement à l'aise. Comme si... comme s'il était chez lui! Cette pensée fit s'élever un autre rire d'Ellen. Comme si un vampire pouvait vivre ici. Dans un lieu qui, certes reposant, respire l'ennui à long terme!

    Quoiqu'il en soit, il ne fallait pas grand chose à Ellen pour se réjouir. Et une rencontre fortuite au milieu d'un désert de neige d'un être de la même espèce qu'elle, en faisait partie. Cela promettait d'être drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
avatar

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 32
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Mer 11 Fév - 0:51

    Détailler les autres, c'était une bonne manière pour en apprendre un maximum sur eux. A condition que rien ne soit trop hermétique dans leur attitude. En l'occurrence, ici, il s'agissait d'une vampire, à première vue pas vraiment ancienne, mais aussi, à première vue également, d'une beauté particulièrement déroutante. Du moins pour les humains, ce devait être le cas.
    En règle générale, les êtres humains n'étaient pas forcément intelligents, pas tous, du moins, et ils tombaient facilement dans le panneau. S'il était fascinant pour eux de regarder ce genre de physique, Eleazar quant à lui se serait plutôt considéré comme quasiment blasé. Ou plutôt incurieux, pour choisir un terme plus précis.

    Une vampire de plus dans la région, après tout, cela ne représentait pas vraiment un danger... et même Carmen serait peut-être agréablement surprise de constater qu'en lieu et place de caribou, c'était une toute autre espèce que Denali avait croisée sur son chemin aujourd'hui.
    Aux paroles de la vampire brune, Eleazar sourit simplement. Parfois, il regrettait sincèrement d'avoir choisi Carmen... enfin, non, il l'aimait, du moins, il pensait l'aimer, mais il savait qu'il passait à côté de bien des jolies femmes et des jolies vampires en s'étant casé de la sorte. Ceci dit, il lui était bien arrivé l'un ou l'autre écart, nul n'est infaillible, n'est-ce pas, mais il avait fait en sorte que cela reste particulièrement discret.


    "De la compagnie? C'est un drôle d'endroit pour les rencontres, vous savez..."

    Evidemment, tout le monde ne cherchait pas à faire connaissance avec d'autres en pleine nature, et à plus forte raison, dans une nature vierge et enneigée comme celle-là.
    C'était la deuxième fois déjà qu'elle riait sur un très court laps de temps. S'agissait-il d'une démente? ou alors était-ce juste un rire nerveux? Eleazar ne savait pas décider comment il devait interpréter ces effusions-là à ce moment. Une main en poche, il s'approcha un peu plus d'elle.


    "Et... quel genre de compagnie cherchez-vous?"

    Etrangement, Denali avait eu envie d'en savoir un peu plus lorsqu'elle avait ouvert la bouche. Son ton avait été en partie insolent, mais cela, il s'en fichait. Il commençait doucement à s'intéresser plus avant à ce qu'elle cherchait exactement par ici...
    Après tout, il était chez lui, elle venait sur son territoire. Les vampires végétariens étant plutôt rares, à sa connaissance, il n'y avait que le clan de Carlisle Cullen et le sien qui étaient dans le cas, Eleazar se doutait qu'elle ne venait pas ici pour chasser les papillons...

_________________



Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forumotion.com
Ellen Black

avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 28
Date d'inscription : 08/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Chicago
Habilité personnelle: Peut faire naître un sentiment de colère et de jalousie dans l'esprit de deux ou trois personnes
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Mer 11 Fév - 16:56

    Ravie que sa réponse le fasse sourire, Ellen prit son air espiègle. Non, elle n'était probablement pas venue pour rien dans ces contrées enneigées. Enfin un nouveau visage avec lequel elle pourrait s'amuser sans retenue! Mais une question subsistait: vivait-il ici ou était-il comme elle de passage dans ce froid vivifiant? Car lui répondant que c'était un lieu peu commun pour de la compagnie, elle estima qu'il semblait bien connaître les lieux. Quoiqu'il ne fallait pas être particulièrement perspicace pour s'en rendre compte.

    - Oui... Mais pas si idiot que ça... Vous êtes là vous!

    Elle ne cessait de l'observer bien plus qu'il n'était d'usage pour un vampire. Elle ne parvenait pas à trouver la réponse à cette question. Vraiment intrigant! Et s'il vivait ici, était-il seul? Ou avait-il un clan à sa disposition?

    - Quelle compagnie? Et bien au départ, je pensais me retrouver en tête à tête avec mes pensées. Ensuite je me suis dit qu'un repas serait le bienvenue. Et finalement vous venez me faire la conversation... C'est donc plus que ce que j'espérais dans ce territoire de glace!

    Elle s'approcha un peu plus du vampire en question de sa démarche lente et féline. Ellen s'amuserait donc un peu en dehors de Chicago.Elle continuait de le détailler; sa posture (celle d'un homme sûr de lui), son ton (il ne semblait pas dérangé par sa présence), son visage (amusé, par cette vampire qui avait à la fois des airs de femmes redoutables, mais qui par ses expressions de visage montrait qu'elle aimait s'amusait comme une petite fille capricieuse). Et c'est son visage qui attira son attention plus particulièrement.

    Là, à la place de deux lueurs rouges distinctives de leur espèce, rayonnait une lueur ocre qui n'était pas inconnue à la jeune femme. Elle fut projetée presque trente ans en arrière, dans une ruelle de Chicago. Etait-il possible que...? Elle ne fit de remarque que pour elle-même.


    *Dommage... Ca sera moins drôle...*

    - Je m'estime donc chanceuse de tomber sur un semblable ici... Mais pardonnez-moi mon indiscrétion, ou plutôt... ma curiosité... Mais à qui dois-je l'honneur de cet heureux hasard?

    Elle sourit de plus belle alors qu'elle avait compris, quel genre de vampire était face à elle. Il était donc fort probable qu'il vive ici!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
avatar

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 32
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Mer 11 Fév - 23:54

    La vampire qu’avait rencontrée Eleazar avait un visage en lame de couteau, de ceux qu’on n’oublie pas après l’avoir croisé. Et, même pour une buveuse de sang, elle avait des traits extrêmement fins, comme si elle était une jeune fille fraîchement éclose et prête à croquer la vie à pleines dents. Lui, dans son long manteau gris foncé, il s’était mis dos au vent et se tenait bien campé sur ses deux jambes, mains dans les poches. La neige tourbillonnait légèrement dans son sillage et il savait pertinemment que cela le rendait sans doute un peu plus mystérieux que s’il s’était contenté de s’approcher d’elle à moins d’un mètre pour lui tendre une main plus ou moins amicale et discuter du temps qu’il faisait. De toute façon, ce n’était pas son genre.

    Ainsi, elle était là en quête de compagnie, mais se rendait dans des lieux très retirés, là où il n’y avait pas beaucoup de vie humaine et là où le froid était sensiblement différent de celui que l’on trouve plus au sud du continent. Etrange. Quiconque cherchait quelqu’un à qui parler se rendait plus volontiers dans des villes ou à la rigueur chez un psy.


    "Je n’ai pas dit que c’était idiot. Plutôt inattendu…"

    Volontairement lacunaire, Denali ne cherchait pas à en révéler trop sur lui. Il était plutôt rare qu’il soit d’emblée ouvert à la conversation et, de ce fait, ses relations sociales n’étaient pas des plus exemplaires.

    L’autre l’observait. Beaucoup. Trop, peut-être. Et il ne savait pas expliquer pourquoi elle faisait cela. Il n’avait rien fait qui puisse couvrir son nez de noir, il n’avait pas non plus oublié de mettre un pantalon. Qu’avait-elle donc à le regarder comme ça ? Lui aussi la regardait, mais avec une attitude moins insolente. L’air grave et les yeux légèrement plissés, il avait un peu froncé les sourcils et ses yeux ne la vrillaient pas autant qu’elle le faisait avec lui.


    "Heureux de l’apprendre. Mais je ne compte pas faire la conversation bien longtemps."

    C’était sans doute ce genre de paroles qui avait le don de faire baisser les bras à bon nombre de personnes qui avaient tenté de l’approcher pour discuter. Il aimait la langue, il aimait le sens des mots, mais il abhorrait la compagnie inintéressante. Or, il était fréquent que ce soit justement des personnes dénuées d’intérêt qui l’abordaient.

    Mine de rien, elle l’observait toujours et, à un moment précis, elle dut comprendre quelque chose qu’elle cherchait à s’expliquer car le changement qui s’opéra dans sa manière de le regarder n’échappa pas à Eleazar. Puis, elle lui demanda à qui elle avait affaire avant de sourire de toutes ses dents.


    "Chanceuse ? Si vous le dites…"

    Denali ne la quitta pas du regard et ne changea nullement sa posture pour autant.

    "Indiscrétion est plus correct, en l’occurrence. Vous êtes sur mes terres et, jusqu’à preuve du contraire, rien ne vous autorise à rester ici."

    Elle avait beau être jolie, c’était une intruse. Et son territoire était sacré. Nul ne pouvait le fouler du pied sans qu’il n’en soit averti. Le cas échéant, il avait tendance à se montrer un peu hargneux, surtout avec ses semblables, comme l’avait si bien dit la femelle.

_________________



Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forumotion.com
Ellen Black

avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 28
Date d'inscription : 08/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Chicago
Habilité personnelle: Peut faire naître un sentiment de colère et de jalousie dans l'esprit de deux ou trois personnes
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Jeu 12 Fév - 22:09

    Curiosité? Méfiance? Elle était incapable de dire ce qui animait ce vampire. Elle ne s'était pourtant pas montrer agressive, du moins pas encore... Etait-ce simplement parce qu'elle se trouvait là sur ces terres enneigés et qu'elle dérangeait une partie de chasse au pinguin? C'était peu probable, après tout, les pinguins ne devaient pas être difficles à attraper, alors si elle lui en avait fait perdre un, il en retrouverait dix.

    Décidemment, elle ne comprenait pas ces vampires qui se disaient végétariens! D'abord, comment pouvait-on se passer de cette elixir si exquis qu'était le sang humain? De mémoire, rien ne l'avait jamais autant attiré que le sang d'un jeune homme de vingt ans. L'odeur des animaux la répugnait même.

    Non, rien ne valait l'excitation de la chasse, cette odeur si attirante souvent faite de sucre ou d'épice, cet air effrayé sur le visage de l'humain quand il a deviné ce que vous étiez, ou encore cet air émerveillé par la beauté infernale qui était devant lui. Puis l'approche, ce moment où le nez et la bouche du vampire approche du cou de sa victime, plus près, encore plus près. Puis la délivrance de tant de frustration.

    Et le sang humain, chaud, épicé qui descendait le long de sa gorge et qui finissait par bouillir dans l'estomac. Et cette sensation de transe qui vous prenait, vous empêchait d'arrêtait! Non, rien n'était plus exquis! Sauf peut être un autre sport... Alors elle ne comprenait pas ces gens-là!

    Et regardez, ils en deviennent agressifs, s'appropriant un territoire. L'avait-il payé? Y avait-il un écriteau où l'on lisait "Propriété d'un vampire"? Non du tout, où alors il était caché sous la neige et dans ce cas, elle ne l'avait pas vu!


    - Oh... Nous sommes chez vous... Je ne savais pas!

    Elle s'approcha encore un peu plus, essayant de lui faire des yeux doux un peu trop provoquants, c'est sûr, mais c'était fait exprès!

    - Je dois donc m'excuser... Et me présenter...

    Puis un sourire, celui qui faisait des ravages chez les humains.

    - Ellen Black, je viens de Chicago.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
avatar

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 32
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Ven 13 Fév - 16:36

    Ok, il s'agissait de ne pas se montrer trop désagréable au premier abord. Certes, c'eût été un excellent moyen d'expédier l'intruse se faire voir chez les Grecs, mais Eleazar se devait de faire des efforts, notamment pour ne pas décevoir Carmen... Elle était si douce et si sensée qu'il multipliait les tentatives pour éviter de passer pour un grincheux de première aux visiteurs... Mais ici, c'était différent. D'abord parce que la vampire qui se tenait devant lui était une parfaite inconnue, ensuite parce qu'elle était ici sans y avoir été invitée. Denali l'aurait su, évidemment, si sa compagne avait organisé une quelconque fête ou que sais-je encore.

    En somme, la présence de l'autre n'était pas normale et cela expliquait et justifiait l'attitude récalcitrante du vampire. Jamais il n'avait laissé quiconque traverser son territoire sans demander d'explications claires et plausibles. Bref, si cette femelle venait là pour chasser, certainement des humains soit dit en passant, il ne tenait pas à ce qu'elle mette ses projets à exécution.


    "Allez-y, excusez-vous, cela ne changera pas grand-chose : vous n'êtes pas la bienvenue ici."

    Denali était comme cela. Il n'était certes pas nécessaire de se montrer désagréable, mais c'était plus fort que lui. Il ne voulait pas qu'on foule ses terres d'un pied impie et irrespectueux. Les excuses de l'autre étaient donc comme une première étape pour vérifier la bonne foi de cette petite femelle.

    Alors, elle se présenta en déclinant son identité comme s'il la lui avait demandée. Cela ne l'intéressait aucunement, mais il la laissa tout de même s'exprimer. Elle lui sourit de manière fort peu habituelle pour une première rencontre et affirma venir de Chicago...


    "Le Wisconsin est plutôt éloigné d'ici... Je suppose que votre présence ici a une cause plus importante que celles que vous m'avez servies jusqu'à présent."

    Et comme pour dire que rien ne changerait sa position, il lui rendit son sourire ravageur, bien que le sien fût plus que moqueur.

_________________



Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forumotion.com
Ellen Black

avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 28
Date d'inscription : 08/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Chicago
Habilité personnelle: Peut faire naître un sentiment de colère et de jalousie dans l'esprit de deux ou trois personnes
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Sam 14 Fév - 2:00

    Alors quelle réaction? Fallait-il rentrer dans le lard? et dire à ce vieux présomptueux qu'on pouvait accueillir les gens de façon charmante et courtoise... Ca donnerait une bonne image de lui d'ailleurs. Ou alors fallait-il le pousser à bout et jouer avec ses nerfs? La seconde solution était définitivement la plus attrayante!

    Elle n'était pas la bienvenue? Bof... Maintenant qu'elle était là...


    - C'est dommage, j'avais prévu de rester un moment!

    Est-ce que tous les vampires végétariens étaient ainsi? Aussi possessifs...

    Elle lui tourna ostensiblement le dos, exactement comme une petite enfant gâtée. Elle avança de quelques pas, le sourire aux lèvres. Elle n'avait décidement pas l'intention de bouger d'ici. Et plus il tiendrait ce genre de discours plus elle resterait. Elle regardait l'immensité blanche avec un sourire espiègle que le vampire ne pouvait voir.

    - Non effectivement, c'est pas la porte à côté... Je voulais juste voir autre chose que la ville qui me sers de refuge depuis quarante ans... Mais non... Rien d'important, je traîne dans les parages, c'est tout!

    Il fallait le pousser à s'énerver un peu plus. C'était amusant. Et elle savait pertinnement quel sujet aborder pour parvenir à ses fins!

    - Il n'y aurait pas un petit village dans le coin? La dernière fois que je me suis nourrie, je suis tomber sur un vieillard... Il m'est resté coincé entre les dents... J'ai pas aimé du tout!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
avatar

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 32
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Sam 14 Fév - 15:29

    Comment aurait-il pu savoir que son interlocutrice et lui partageaient tous deux le goût d’énerver les autres en adoptant des attitudes tout à fait déplacées ? Eleazar était volontiers misanthrope, caractériel, phallocrate et atrabilaire… avec quiconque lui était totalement étranger. Ainsi, il était complètement différent quand on le connaissait bien et même un aussi mauvais caractère était capable d’amitié. Il tenait à préserver cette image d’être détestable, cela lui permettait de jouir d’une certaine tranquillité.

    "Je vois le genre… malheureusement pour vous, vous êtes plutôt mal tombée, petite femelle…"

    C’était sorti tout seul. Le terme "femelle", mot plein de dédain prononcé d’une voix plutôt méprisante, s’était jeté hors de la bouche de Denali comme une plongeuse professionnelle le fait du haut d’un plongeoir sans qu’on ne puisse la rattraper.
    Quand elle lui tourna le dos, Eleazar l’observa un peu trop intensément. Il lui arrivait parfois, trop souvent en tout cas, de se laisser tenter par d’autres femmes que Carmen… Il savait pertinemment que cela faisait souffrir sa tendre, mais il y avait en lui ce désir incessant de toujours plus… Dès lors, lorsque son regard se posa, tout naturellement, sur les hanches de son interlocutrice et les courbes qui suivaient celles-ci, le vampire se sentit un peu coupable d’imaginer ce que pouvait donner ce corps sans tous ces tissus encombrants… Heureusement, elle reprit la parole, avec cette insolence qui la caractérisait depuis le début de la "conversation". A ce moment-là, Denali secoua légèrement la tête, comme pour chasser ces idées malsaines qui venaient trop souvent l’assaillir, et se concentra plutôt sur la tête de la vampire brune.

    a
    "Allez traîner ailleurs, je n’aimerais pas devoir me montrer désobligeant…"

    Elle parla alors d’un vieil homme qu’elle avait vidé de son sang mais qui ne l’avait pas contentée. Eleazar n’aimait pas que l’on parlât de se nourrir d’êtres humains. Pas devant lui. Et femelle ou pas femelle, il était capable alors de se montrer franchement désagréable.

    "L’Alaska n’est pas très peuplé. Retournez donc à Chicago et faites une demande au centre de transfusion, je suis certain que vous aurez tout ce que vous voulez sans avoir à recourir à des petits vieux malingres et périmés."

    Le ton était sec, cette fois. Denali avait retroussé un peu les lèvres, comme s’il lui était nécessaire de parler avec mépris et hargne pour bien se faire comprendre.

_________________



Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forumotion.com
Ellen Black

avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 28
Date d'inscription : 08/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Chicago
Habilité personnelle: Peut faire naître un sentiment de colère et de jalousie dans l'esprit de deux ou trois personnes
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Lun 16 Fév - 22:33

    Ellen n'avait pas pu lire les réactions sur son visage, mais elle espérait de l'agacement, de l'exaspération et de l'amusement. Elle parviendrait à l'amadouer. C'était certain. Il aimait apparement jouer. Tout comme elle. A quoi pouvaient-ils occuper leurs temps en tant que vampires? S'ils ne pouvaient pas se taquiner entre eux, c'en était fini! Autant aller faire un tour chez les Volturis et se mettre à genoux pour leur demander la libération fatale. Oui... il valait mieux...

    En attendant de pareils extrêmités, il fallait jouer aux plus grands nombres de jeux possibles! Et celui d'aujourd'hui promettait... Vraiment...

    "Petite femelle"? D'où venait ce terme aussi insultant? Le dos tourné, elle ouvrit grandement ses lèvres d'un air vexé. Peu importait...


    - Euh... Non, j'ai choisi de venir là, je ne peux donc pas mal tombé!

    Quel effet, le fait qu'elle lui ait tourné le dos pouvait-il bien lui faire? Les 'végétariens' devenait-ils plus rapidement agressifs que ces espèces de carnivores insatiables? Jusqu'où faudrait-il qu'elle pousse le jeu pour qu'il lui hurele dessus?

    D'ailleurs... Pourquoi voulait-elle qu'il lui hurle dessus? C'était bien étrange... Elle qui était si attendue à Chicago par des petits moutons de nouveaux-nés, venait se terrer ici face à quelqu'un qui ne voulait visiblement pas d'elle sur ses terres. Ellen s'amusait beaucoup, en elle en sourit largement.


    - Partir? Pourquoi...? J'ai pas besoin de me cacher ici alors... C'est pas comme si ressembler à un sapin de Noël clignotant m'amusait quand je suis à Chicago...

    Elle soupira. Il n'allait pas lui faciliter la tâche. Mais il l'intriguait, alors il fallait qu'elle reste encore un petit pu. Un tout petit peu... Une année? Elle imagina sa tête si elle lui disaitcela et se mit à rire. Non, elle ne resterait pas un an, mais cela pourrait toujours être amusant de lui faire croire.

    Il était d'un désagrable... Ellen adorait ça. Cela lui rappelait un vieil ami qu'elle avait transformé en vampire et assassiné aussi sec... Elle s'était bien amusé avec lui.

    - Oh le troisième âge est plutôt agréable en goût. La plupart du temps ils ont tellement de médocs dans le sang qu'ils sont complètement stone... Ils se rendent même plus compte que c'est à cause de cela, et en prennent encore plus! L'effet de ce sang là peut ressembler à une bonne biture quand on sait choisir!

    Ellen allait un peu loin là. Mais au moins... Elle s'amusait! Quel que soit le sujet... Elle se tourna vers lui, un sourcil interrogateur.

    - Vous ne vous êtes toujours pas présentés! C'est malpoli...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
avatar

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 32
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Mar 17 Fév - 19:26

    Parler à quelqu'un qui vous tourne le dos, c'est extrêmement exaspérant. Aussi, Eleazar avait bien du mal à contenir l'énervement ambiant qui l'envahissait peu à peu. Il avait très nettement l'impression que cette péronnelle se fichait tout bonnement de lui et qu'elle ne tenait pas à le laisser garder son calme. Ne faisait-elle pas précisément des tas de choses qui le rendaient irascibles?
    Ah, si Carmen avait été là, c'eût été autre chose ! D'abord parce qu'elle n'avait pas tendance, elle, à se laisser envahir si rapidement par ses émotions les plus négatives, ensuite parce qu'elle aurait sans doute pu tirer plus d'informations que lui sur la présence de l'intruse sur leurs terres et enfin parce que si Carmen avait été dans le coin, il était plus que probable que Denali ne se sente pas obligé de détailler la physionomie de l'autre comme il le faisait. Au moins trois bonnes raisons.
    D'un autre côté, à force de voir l'amabilité constante de Carmen, Eleazar avait parfois envie d'essayer de faire comme elle... mais Dieu, que c'était compliqué ! Comment faisait-elle pour supporter le genre d'attitudes qu'adoptait la sanguinaire de Chicago ? Or, donc, même avec toute la bonne volonté du monde, le vampire ne parvenait pas à se montrer agréables ou aimable avec l'espèce de Vampirella qui était devant lui.


    "Un choix pareil ne peut qu'émaner de quelqu'un souffrant de déficiences mentales."

    Ou autrement dit "T'es peut-être belle, mais t'es pas très intelligente, toi !".
    L'ancien garde des Volturi avait proposé gentiment à l'intruse de partir, mais apparemment, elle avait d'autres projets. Des projets qui ne plaisaient pas au vampire. Elle venait ici pour le calme? Mais depuis qu'elle était là, toute quiétude avait été troublée... Pourquoi viendrait-elle au fin fond de l'Alaska si ce n'était pour fuir une autre réalité?
    Elle lui mentait, Eleazar en était certain. Dans de tels cas, il aurait vraiment apprécié d'avoir Edward Cullen sous la main, ne fût-ce que pour savoir ce que l'intruse avait en tête ! Pourquoi la comparaison avec le sapin de Noël, maintenant? Parce qu'elle avait les boules? parce qu'elle voulait qu'il l'enguirlande?


    "En vérité, vous pourriez très vite avoir besoin de vous cacher si vous restez dans le coin."

    Alors elle expliqua pourquoi elle aimait le sang des vieillards. Les mots qu'elle employa dégoûtèrent Denali. Il savait bien qu'il avait pensé comme elle à une époque, mais il avait mûri, il avait réfléchi et il avait fini par choisir une voie plus noble et plus éthique... Pourtant, il répondit sur un ton insolent :

    "En son temps, j'ai préféré les alcooliques. Les femmes de moins de quarante ans portées sur la liqueur. Mais vient un moment où l'on se dit que la gourmandise est un vilain défaut et qu'il vaut mieux lui préférer la sagesse et la réflexion."

    De toute façon, elle ne pourrait pas comprendre. Cette femelle était assurément trop idiote pour assimiler quoi que ce fût.
    Et quand elle lui fit remarquer qu'il était impoli de ne pas se présenter, Eleazar eut un sourire mauvais.


    "Cela vous dérange tant que cela? L'impolitesse n'a rien à voir là-dedans...
    A quoi bon vous dire qui je suis? Vous n'avez aucune importance à mes yeux et ne méritez donc pas de savoir cela. "

_________________



Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forumotion.com
Ellen Black

avatar

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 28
Date d'inscription : 08/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Chicago
Habilité personnelle: Peut faire naître un sentiment de colère et de jalousie dans l'esprit de deux ou trois personnes
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Mar 24 Fév - 12:51

    Ellen Black n'était pas une fille commode. Beaucoup de caprices, une pointe de sadisme. Ces deux penchants régissaient sa non-vie de vampire. Elle l'appréciait telle qu'elle était et n'en aurait changé pour rien au monde. Elle savait pertinement que ce comportement pour une femme vampire de son âge agaçait profondément. Mais c'était une façon pour elle de faire le tri. Le tri dans ses relations bien sûr. D'un côté ceux qui en valait la peine, ceux qui étaient capables de supporter son sale caractère de gamine écervelée (ils étaient rares... En fait ils étaient deux!), et ceux qui ne l'étaient pas, ceux là ne lui survivaient que s'ils l'amusaient! Dans le cas contraire, elle provoquait un conflit sans état d'âme.

    Alors comme ça, il la prenait pour une... Déficiante mentale? Une petite femelle déficiante mentalement... Elle avait réussi à l'exaspérer donc! Parfait...


    - Vous parlez de moi? Elle marqua une pause, laissant planer un doute entre réflexion et susceptibilité, puis elle prit un ton complètement dégagé. On me l'a déjà dit, je vais finir par y croire. Moi qui croyait que je voulais simplement voir autre chose que Chicago je vais me poser de sérieuses questions. Après tout vous semblez mieux me connaître que moi-même.

    Oui, après tout, s'il la jugeait ainsi c'était parce qu'il la connaissait par coeur non? Comment diable pouvait-elle faire pour qu'il lui fasse un peu confiance? pour qu'il se laisse aller! Elle n'avait rien contre les végétariens... Bien au contraire! Elle aimait juste se moquer d'eux (méchamment ou gentiment quelle différence?) et ça s'arrêtait là. Elle pouvait de temps en temps les pousser à la faute, ou tout du moins essayer. Ellen en connaissait très peu, le premier avait été Jasper Hale. Episode mémorable de sa vie.

    - Me cacher? Ici? Je pensais que très peu d'humains se réfugiaient ici à cause du froid... Elle appuya alors son regard sur le sien avec un long sous entendu. Je ne vois pas de qui d'autre je devrais me cacher...

    Autrement dit: "Tu me fais pas peur, si je me trompes et que tu me cherches de vrais ennuis, tu vas me trouver rapidement!" Non mais vraiment! Croyait-il qu'il l'impressionnait?

    Puis il parla de ses goûts à lui lorsqu'il n'était pas encorfe devenu le ridicule pantin de ses remords. Alcooliques et femmes alcooliques. Bien sûr, c'était un met des plus délectables! Ellen s'interrogea alors sur lui. Depuis combien de temps était-il végétarien? Quel âge avait-il? Un vampire aussi peu enclin aux rencontres devait être plutôt vieux... Elle finirait par savoir tout ça!!

    Lorsqu'il s'amusa à nouveau à la provoquer, elle leva à nouveau son sourcil de façon faussement étonnée et prit une voix choquée.


    - De l'importance? Je n'en ai aucune? Vous me vexer terriblement, après tout nouos nous connaissons depuis des centaines d'années! J'attendais un peu plus de compassion pour mes voyages esseulés!

    Elle secoua ensuite son visage avec une moue boudeuse et mit les deux bras sur ses hanches.

    - Vous n'êtes pas commodes avec moi... Je ne vous ai rien fait... Pas encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleazar Denali
•Admin•
•Admin•
avatar

Féminin Nombre de messages : 3155
Age : 32
Localisation : Lové contre ma douce
Humeur : revêche : si tu me fais ch***, je te transforme en purée de poulpe ménopausé, compris?
Date d'inscription : 01/02/2009

Feuille de personnage
Je suis: Membre du Clan de Denali
Habilité personnelle: deviner les dons des autres, intuitivement
Relationship:

MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   Jeu 26 Fév - 18:35

    Dans la vie, il y a toujours des réalités que vous aimez – comme Carmen, réalité surnaturelle et tellement adorable ; comme les moments d’une intense plongée dans le monde culturel ; comme les instants d’éternité mêlant la belle et subtile Londonienne à la musique, à la littérature, à l’art en général… Il y avait un moment déjà qu’Eleazar n’avait pas emmené sa douce en balade parmi les oeuvres des grands ou des plus petits artistes… Une exposition, un concert, un musée, un salon littéraire… Il se renseignerait. Il y avait toujours à voir, à revoir, à découvrir, à savourer. Quel que soit le lieu où se déroulait l’événement, Denali tâchait d’en faire profiter celle qu’il aimait. Ils avaient déjà fait plusieurs fois le tour du monde, mais c’était toujours à refaire, il y avait toujours du neuf. Et en ce sens, l’éternité en couple était d’une exquisité toute authentique.

    Pas comme les rencontres à deux balles qu’on pouvait parfois faire. Nombreux étaient les à priori du vampire envers cette intruse. Il se protégeait de ces stéréotypes – négatifs ou positifs – qui lui étaient venus bien rapidement… Et les sentiments qu’éveillait cette présence partaient tous azimuts : instinct de préservation du clan, désir d’envoyer se faire voir cette trop jolie tentatrice, désir aussi de se laisser tenter, haine envers cette présence, méfiance envers la personne, etc. Ce n’était pas tant sur elle que sur lui qu’Eleazar s’énervait petit à petit. Il détestait se sentir partagé comme il l’était. Le manichéisme était certes dépassé et complètement irréfléchi, mais bon sang ! il avait trop de pensées à regretter par la suite.

    L’autre jouait à présent sur les mots et les sous-entendus qu’ils engendraient. C’était amusant de voir quelqu’un essayer de se débattre avec les armes dont vous avez l’heur de pouvoir vous servir allègrement. En somme, voilà que cette Black éveillait en lui des souvenirs loin d’être enfouis dans sa mémoire. Souvenirs du XXe siècle.


    "Schizophrénie pauci-symptomatique ? Amusant… jamais je n’avais rencontré de vampires souffrant de ces tares bassement humaines… Vous seriez heureuse de savoir qu’il existe deux moyens de ne pas laisser la perte de l’évidence naturelle vous rendre complètement dingue : le traitement ou le suicide. Je vous conseille la seconde solution, bien plus sûre et bien plus directe. Voulez-vous que j’appelle Aro ou Caïus ? ils se feront un plaisir de vous aider quand je leur aurai expliqué la situation…"

    Le sourire qu’eut l’Espagnol en cet instant fut un mélange étrange de sadisme, d’espoir et de lassitude. Deux de ces ingrédients du sourire s’accentuèrent avec les autres paroles de la jeune écervelée.

    "Renversement des valeurs, n’est-ce pas ? Depuis quand craignez-vous les humains ? Vous savez aussi bien que moi, Ellen, que vous n’avez rien à craindre de vos réserves de nourriture… Mais savez-vous aussi bien que moi combien d’ennemis vous pourriez vous faire rien qu’en restant ici ?"

    Le ton avait beau être badin, la menace restait sous-jacente. Et le fait qu’il se soit rapproché quelque peu de son interlocutrice n’avait rien à voir dans la seconde chose qui ressortait des dernières paroles d’Eleazar.
    Plût au ciel que Carmen l’empêchât de commettre l’erreur… cette pensée était souvent un baume pour éviter de faire des conneries. Les défauts de son compagnon, elle les connaissait. Trop bien, sans doute. Et elle savait mieux que lui qu’il était capable de très mal démarrer les relations avec les autres simplement parce qu’il était mal luné à ce moment-là. Alors, souvent, c’était Carmen qui adoucissait les choses.

    Mais non, pas de Carmen dans les parages. Et cette Ellen Black prenait ses airs de midinette pour minauder des propos insensés. Denali soupira. La lassitude, encore. Irina, Tanya et Kate jouaient souvent avec ces attitudes-là. Et lui avait tendance à trouver cela un peu déplacé. Elles n’avaient plus cinq ans, que diable ! Et comme il faisait avec elles dans ces cas-là, la voix d’Eleazar prit des intonations paternelles et son regard se fit terne.


    "Je n’ai pas envie de vous connaître, Ellen. Aucune envie, devrais-je dire, mais ce serait mentir. Vous êtes trop belle pour ne pas éveiller de sentiments confus. Et cela me suffit à ne pas vouloir être plus civilisé avec vous…"

    De toute façon, tout était vrai dans ces paroles. Et c’était peut-être en dire également beaucoup sur lui, mais à Dieu va, il valait mieux ne pas resté toujours retranché dans son territoire relationnel privé, et laisser un peu de visibilité à l’autre, même si elle était trop dérangeante, était une façon de se protéger par ailleurs.

    "Revenez quand vous serez moche."

    Le sourire d’Eleazar, cette fois, était plutôt rieur.

_________________



Just find your limits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forumotion.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Même les oiseaux puent (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Même les oiseaux puent (libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Photos d'oiseaux : Bihoreau gris - Nycticorax nycticorax - Héron bihoreau - Black-crowned night heron
» [REQUETE][RESOLU] Mode Haut-parleur main-libre ou mode normal grâce au proximity sensor
» [recherche] kit main libre intra auriculaire htc desire
» Un petit pokémon perdu [Libre]
» [Aristophane] Les oiseaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Twilight :: •Around the World and Other Time• :: Amériques :: Alaska-
Sauter vers: